Pourquoi Dyson vient de renoncer à son projet de voiture électrique ?

L’info est tombée il y a quelques jours et a fait l’effet d’une petite bombe parce que Dyson c’est à la fois un groupe très innovant, très ambitieux et très riche.

 

Voiture électrique de Dyson : un projet est trop risqué

Ils ont révolutionné les aspirateurs, les sèche-cheveux et plein d’autres objets du quotidien. Ils connaissent super bien le design et les batteries. C’est un groupe d’ingénieurs qui était prêt à dépenser des milliards pour concevoir et fabriquer d’ici 2021 une vraie voiture électrique. Ils avaient même choisi de construire une usine à Singapour mais ils viennent de renoncer parce qu’ils trouvent que le projet est trop risqué.

 

 

Pourquoi est-ce aussi compliqué de lancer une voiture électrique ?

On doit surmonter plein de difficultés. Il faut à la fois concevoir un nouveau produit. Il ne s’agit pas de faire ce que font d’autres en mieux. Il faut inventer parce qu’on est au tout début de la révolution automobile électrique. On ne sait pas encore très bien quelles seront les technologies qui vont fonctionner. Il faut ensuite trouver un moyen de se différencier de la concurrence qui s’annonce vive car tout le monde veut faire des voitures électriques. Des start-up comme les constructeurs historiques. Etre le meilleur ça va être très dur. Et puis enfin, même si on a conçu la meilleure voiture, il faut ensuite réussir à la fabriquer de façon rentable. Il y a un énorme challenge industriel. Ca fait une somme de défis à relever qui est assez redoutable.

 

Est-ce que ce marché s’annonce quand même rentable ?

Si Dyson a renoncé après avoir investi des centaines de millions c’est parce qu’ils ont compris que ça allait être dur. Déjà parce que l’automobile c’est un métier ou quand même tout va bien, seuls les marques de luxes dégagent de très bonnes marges. Et quand ça va mal on perd très vite beaucoup d’argent parce qu’une usine qui tourne à vide ça coute très cher. Ensuite le problème du segment électrique c’est que même si c’est en très forte croissance, pour l’instant c’est 2 ou 3% du marché mondial. C’est à la fois beaucoup et trop peu à la fois. En fait l’électrique c’est un pari pour l’avenir. Le pari raisonnable c’est que le marché va se développer. Le pari risqué c’est de dire qu’on pourra remporter la mise. Les constructeurs historiques n’ont pas le choix. Mais pour les nouveaux venus, c’est très risqué. Même Tesla qui semble avoir tout bon pour l’instant ne gagne toujours pas vraiment d’argent. C’est peut-être ça qui a fait douter Dyson.

 

David Barroux

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux