Placido Domingo lâché par sa voix au milieu de Nabucco à Vienne

Crédit: Wiener Staatsoper

Affecté par un mal de gorge tenace, Placido Domingo a été contraint de déclarer forfait au milieu de la représentation de Nabucco de Verdi vendredi 12 novembre à l’Opéra de Vienne. Remplacé par le baryton mongol Amartuvshin Enkhbat, le chanteur hispanique devrait faire son retour sur la scène viennoise ce soir pour une Nuit espagnole.

Amartuvshin Enkhbat avait chanté Nabucco lors des premières représentations données début novembre

Placido Domingo avait prévenu les spectateurs de l’Opéra de Vienne vendredi dernier avant le début de Nabucco qu’il souffrait de la gorge et demandait leur compréhension mais le public viennois a vite compris que le chanteur espagnol n’irait pas jusqu’au bout de la représentation de l’opéra de Giuseppe Verdi. Après le 2acte, à mi-spectacle, Bogdan Roscic, le directeur général du Wiener Staatsoper, a dû informer le public que l’état de santé du chanteur s’était détérioré et qu’il ne pourrait pas continuer le spectacle.

A lire aussi

 

Heureusement, les responsables de l’institution viennoise ont pu compter sur la disponibilité de Amartuvshin Enkhbat qui avait interprété le rôle du roi de Babylone lors des 3 premières représentations de Nabucco données les 1,6 et 9 novembre par la Haus am ring. Placido Domingo est néanmoins remonté sur scène pendant les rappels pour remercier le baryton mongol et s’excuser à nouveau auprès des spectateurs.

Placido Domingo chantera des airs de Zarzuela vendredi à Monaco

Si tout va bien Placido Domingo sera présent ce soir sur la scène du Wiener Staatsoper dans Noche espagnola, un récital consacré à des airs de Zarzuela, jamais chantés à Vienne, que dirigera Jordi Bernacer avec la soprano espagnole Saioa Hernandez, le ténor mexicain Arturo Chacon-Cruz et la compagnie de danse Antonio Gades. Une Nuit espagnole que chanteront Placido Domingo et toute cette troupe (à l’exception d’Arturo Chacon-Cruz qui sera remplacé par Ismael Jordi) vendredi 19 novembre à l’Opéra de Monte-Carlo.

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique