Le meurtre d’un luthier allemand et de sa fille lié au vol de plusieurs violons Stradivarius ?

Crédit: istock

Trois ressortissants allemands vivant au Paraguay ont été interpellés mardi et mercredi, dans l’enquête sur le meurtre fin octobre d’un musicien, luthier et archéologue allemand et de sa fille. Le mobile de ce double assassinat pourrait être lié aux vol de plusieurs violons Stradivarius dont la victime possédait les certificats d’authenticité.

Le luthier et sa fille abattus par balle à leur domicile fin octobre

Volker Granass, 58 ans, Yves Steinmetz, 60 ans, et Jorg Darchinger, 51 ans, trois ressortissants allemands, ont été placés en détention provisoire mardi 9 et mercredi 10 octobre « en tant que suspects », a déclaré le commissaire Hugo Grance, chef des homicides de la police paraguayenne. La procureure saisie de l’affaire, Lorena Ledesma, a expliqué que le mobile pourrait être un vol de Stradivarius, des violons de très grande valeur dont la victime, Bernard von Bredow ancien archéologue et luthier réputé, aurait détenu les certificats d’authenticité

A lire aussi

 

Les corps de Bernard von Bredow, 62 ans, établi au Paraguay depuis quelques années, et de sa fille de 14 ans Loreena avaient été retrouvés le 22 octobre à leur domicile d’Aregua, près d’Asuncion, porteurs de traces d’extrême violence. Le père portait un impact de balle dans la nuque et des traces de probables sévices, certainement pour lui faire révéler l’emplacement d’objets ou de documents (un coffre-fort avait été ouvert), selon la police. Sa fille serait vraisemblablement décédée d’une hémorragie causée par un impact de balle dans le ventre.

Le mobile du crime pourrait être la recherche de certificats d’authenticité indispensables pour revendre des violons volés

Quatre Stradivarius ont été retrouvés au domicile de Volker Granass, apparemment le commanditaire de cette macabre opération, mais la procureure a déclaré ne pas pouvoir préciser combien Bernard Von Bredow possédait de violons et si certains auraient été dérobés. Elle estime cependant que le mobile du crime était surtout « la recherche de certificats d’authenticité » qu’il aurait conservés à son domicile, et sans lesquels la revente des Stradivarius aurait été impossible. Selon elle, « de nombreux indices laissent à penser que les auteurs des meurtres devaient être des gens qui connaissaient les victimes ».

A lire aussi

 

Bernard Von Bredow était connu en Allemagne, notamment pour avoir découvert en octobre 1975, en Bavière, une partie importante d’un mammouth, dont le squelette reconstitué a par la suite constitué le cœur du musée préhistorique (Mammutheum) qu’il créa en 1991 à Bad Endorf. Par la suite il s’était reconverti dans la restauration d’instruments anciens et était considéré en Europe comme un luthier de grande compétence.

Philippe Gault (avec AFP)

Retrouvez l’actualité du Classique