Piazzola 2021 : Louise Jallu célèbre le centenaire du maître argentin

Louise Jallu, jeune bandonéoniste, est l’invitée du Journal du Classique ce mardi 12 janvier, à l’occasion de la publication de son album Piazzolla 2021 chez Klarthe.

 

Piazzolla avait coutume de dire que le bandonéon, comparé à l’accordéon, n’a rien de joyeux

La jeune et brillante bandonéoniste Louise Jallu rend hommage, dans son nouvel album, à celui dont on célèbre, en 2021, le centenaire de la naissance : Astor Piazzolla. C’est pour le bandonéon que le grand maître argentin écrivait sa musique, faisant ainsi de cet instrument, une sorte de prolongement de sa personnalité voire de son âme. D’autant que le bandonéon traduit merveilleusement cette mélancolie qui est propre au tango, cette nostalgie de l’exilé. « Comparé à l’accordéon, le bandonéon n’a rien de joyeux » avait ainsi coutume de dire Piazzolla.

 

A lire aussi

 

Entourée de son quartet mais aussi du pianiste Gustavo Beytelmann (qui a bien connu Piazzolla) et du cornettiste Médéric Collignon, Louise Jallu nous propose une lecture très originale et très libre de quelques tangos du compositeur, dans un esprit proche du jazz. « Avec Bernard Cavanna, qui a collaboré aux arrangements, notre ambition était de ne pas suivre à la lettre les versions de Piazzolla mais d’emmener sa musique ailleurs, de porter sur elle un nouveau regard, d’utiliser ses thèmes comme des standards » nous dit la musicienne. Un nouveau regard que le compositeur argentin aurait sans doute approuvé lui qui considérait que « l’artiste ne devait pas reproduire ce qui avait déjà été fait » comme nous le rappelle Louise Jallu.

Laure Mézan

Réécoutez l’intégralité du Journal du Classique en cliquant ici

Retrouvez l’actualité du Classique