Perrier s’attaque à Red Bull en lançant sa boisson énergisante

© Nestlé S.A.

C’est fou ! Le bon vieux Perrier, notre roi de l’eau pétillante qui a plus de 150 ans, a décidé de s’offrir un coup de jeune en lançant une gamme de boissons énergisantes. L’objectif est clairement de piquer des parts de marché à des poids lourds de ce segment comme Red Bull ou Monster. Et c’est surtout d’aller chercher de la croissance sur un segment hyper dynamique.

Energy Drinks : le marché a été multiplié par 4 en 10 ans

Le marché des “energy drinks” comme disent les Américains, est encore relativement petit. C’est quatre à cinq fois plus petit que le segment des Colas. Mais c’est le segment en plus forte croissance du rayon boissons puisque le marché a été multiplié par 4 en 10 ans. Et surtout comme c’est un nouveau segment, il y a la place pour de nouveaux acteurs. Coca Cola a aussi tenté sa chance sur ce créneau il y a deux ans. La marque française Perrier qui appartient au suisse Nestlé depuis 1992 ne va pas détrôner Red Bull qui contrôle la moitié du marché français. Mais l’idée est d’apporter un produit avec un autre positionnement pour essayer d’attirer vers cette catégorie de nouveaux consommateurs.

 

A lire aussi

 

Red Bull c’est l’image de la boîte de nuit, des routiers ou des jeunes. On sait qu’il y a de la taurine et plein de sucres, ça a un côté un peu transgressif. Perrier va sur un autre terrain. Il joue le jeu de la boisson pétillante aromatisée aux fruits comme la mandarine ou la grenade. Ca sera 100% bio, avec peu de calories et l’excitant sera de la caféine. Une canette contiendra l’équivalent d’un expresso. L’idée est davantage de séduire les vieux comme moi ou les jeunes bobos, que les night clubbers adeptes de la vodka Red Bull.

 

Evian lance lui aussi des eaux minérales aromatisées

C’est un marché en forte croissance qui pourrait encore bondir de 45% entre 2019 et 2024. C’est un segment sur lequel les prix au litre sont plus élevés que sur l’eau. Et Perrier a une bonne image et des réseaux de distribution. Ce n’est pas sûr que ça marche mais ça vaut le coup de tenter le coup. Dans la grande consommation, ce sont de plus en plus les innovations qui tirent la croissance et les marges. Le consommateur est curieux. Et si ça marche, cela peut même contribuer à redynamiser l’image globale de Perrier en lui donnant un coup de jeune. Le risque négatif est faible, le positif est fort. Maintenant, il faut que le produit soit bon et que la pub soit bonne. Evian lance lui aussi des eaux minérales aromatisées. Et le moment est pas mal choisi. Les bars sont fermés, on sort moins mais on peut avoir envie de s’offrir des petits plaisirs à la maison.

David Barroux