Louboutin : la famille Agnelli entre au capital de la chaussure de luxe aux semelles rouges

Agnelli, c’est un grand nom du capitalisme italien. Les héritiers de l’empire Fiat sont aujourd’hui les premiers actionnaires du groupe automobile Stellantis né de la fusion avec PSA et Chrysler ainsi qu’une dizaine d’autres marques.

Louboutin : La nouvelle tentation de la famille Agnelli pour le luxe

Les Agnelli ont décidé de ne pas mettre tous leurs œufs sous le même capot. Via leur holding familial Exor, ils ont diversifié leurs investissements en misant sur la réassurance, la presse ou le football avec l’acquisition de Juventus Turin. Depuis quelques temps on leur connaît également un appétit pour le luxe, d’où cet investissement de plus de 540 millions d’euros pour racheter un quart du capital de Louboutin, marque connue pour ses chaussures à hauts talons et semelles rouges.

A lire aussi

 

Pourquoi investir dans le luxe ? D’abord parce que c’est un marché rentable, en croissance et prometteur. Ensuite, les Agnelli ont beaucoup d’argent, donc investir dans le luxe n’est pas totalement nouveau pour eux. Ils contrôlent déjà Ferrari dont les voitures sont du même rouge que Louboutin … et qui a des marges de luxe et se vend comme un produit d’exception. Ils ont aussi pris le contrôle de Shang Xia, une petite marque de luxe chinoise qui appartenait à Hermès.

 

L’avenir de la famille Agnelli s’écrira-t-il dans l’industrie du luxe ?

L’avenir nous dira si les Agnelli iront encore plus loin. Ils commenceront d’abord par accompagner la croissance de Louboutin et Shang Xia en leur apportant des fonds pour investir dans le e-commerce, de nouvelles boutiques et de nouvelles gammes. A plus long terme, les Agnelli sont peut-être en train de faire l’apprentissage d’un nouveau métier. Et si le luxe leur plaît on ne peut pas exclure qu’ils rachètent d’autres marques en particulier en Italie où des grands noms comme Prada, Versace ou Armani appartiennent à des familles et non à des grands groupes. Les Agnelli ont l’argent, le temps et les idées … il faudra compter sur eux.

David Barroux