Le pianiste Igor Levit va jouer une œuvre de Satie pendant 20 heures à Berlin !

Afin de sensibiliser le public à la situation désespérée de nombreux artistes dans le monde entier à cause de la pandémie de coronavirus, le pianiste Igor Levit va jouer, à partir du samedi 30 mai, l’une des plus longues compositions de l’histoire de la musique : « Vexations » d’Erik Satie, d’une durée de 20 heures ou plus.

La partition des « Vexations » d’Érik Satie tient sur une seule page

Pour un très grand nombre d’artistes du monde, cette crise sanitaire est existentielle : les musiciens n’y font pas figure d’exception. Le paysage culturel mondial dépérit et c’est pour ces raisons que le pianiste germano-russe Igor Levit a décidé de se lancer le défi d’interpréter « in extenso » l’œuvre d’Érik Satie, considérée comme l’une des plus longues de l’histoire de la musique. Les quelques notes de ce morceau, composé en 1893 – un thème et deux variations – tiennent sur une seule page, mais les 840 répétitions annonçaient déjà l’esthétique future de la musique répétitive. La composition, qui n’est pas soumise à un tempo précis ou à une indication métronomique, peut donc durer très longtemps, au gré de ses interprètes. Son exécution complète peut varier de 14 à 35 heures.

 

A lire aussi

 

Le challenge ne fait pas peur au jeune pianiste de 33 ans, bien au contraire: « La durée de 20 heures des Vexations n’est en aucun cas une nuisance ou une torture pour moi, comme pourrait le laisser entendre le titre, mais plutôt une retraite faite de silence et d’humilité » . Un défi certainement, mais également un message très actuel pour Igor Levit : « L’œuvre reflète un sentiment de resistance, et c’est pourquoi il semble important de jouer les Vexations maintenant. Mon monde et celui de mes collègues est différent de celui d’avant depuis de nombreuses semaines et devrait le rester pendant un long moment. Les Vexations sont donc pour moi un cri silencieux ».

 

Igor Levit récompensé par les Trophées Radio Classique en 2019

Demain à 14 heures, Igor Levit s’installera donc devant son clavier dans les locaux du b-sharp-studio à Berlin. En partenariat avec le magazine américain New Yorker et le journal allemand Der Spiegel, ce concert-marathon sera retransmis en direct sur le site du Gilmore artist Award. C’est d’ailleurs grâce à la bourse qui lui avait été accordée par le Gilmore Award (une des distinctions les plus prestigieuses pour les pianistes classiques) en janvier 2018 qu’Igor Levit finance ce projet. En septembre dernier, Igor Levit avait remporté le « Prix du meilleur soliste » des Trophées Radio Classique pour son interprétation de l’intégrale des sonates pour piano de Beethoven (Sony).

 

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique