La Fabrique de l’Ignorance, le documentaire d’Arte qui démonte les fake news

« Le tabac ne provoque pas le cancer des poumons », « les néonicotinoïdes ne sont pas responsables de la disparition des abeilles », « l’activité humaine n’est pas impliquée dans le dérèglement climatique ». La Fabrique de l’ignorance de Pascal Vasselin et Franck Cuveillier est un documentaire diffusé à 20h50 sur Arte, et sur le site internet de la chaîne jusqu’en avril.

Les industriels du secteur ont fermement remis en doute les effets nocifs du tabac sur la santé

La science a dû – et doit – encore lutter contre les idées reçues, car une machine complexe est en marche : la Fabrique de l’ignorance. C’est en tout cas ce que tend à démontrer un documentaire diffusé ce soir sur Arte. Pour cela les auteurs du documentaire, Pascal Vasselin et Franck Cuveillier reviennent à ses origines. Tout commence en 1953, lorsqu’une étude démontre pour la première fois les effets nocifs du tabac sur la santé. Catastrophe pour la Big Tobacco (les grands patrons de l’industrie du tabac) qui réplique en commandant des centaines d’études pour tenter de se disculper, grâce à une arme : le doute, la source de toute démarche scientifique.

 

A lire aussi

 

Selon le documentaire, la manipulation des protocoles scientifiques servirait à orienter les résultats des études commandées par certains industriels. La plupart des intervenants appartiennent à une discipline peu connue : l’agnotologie – l’étude la production culturelle de l’ignorance, de ce que l’on ne sait pas, et pourquoi on l’ignore. Autant de lacunes parfois volontaires qui ont retardé l’avancée scientifique, comme l’explique le philosophe Mathias Girel, il a co-écrit ce documentaire en tant que conseiller scientifique.

 

Donald Trump et ses interventions, ainsi que la crise de la Covid sont mentionnés dans la Fabrique de l’ignorance

Et un concept fait particulièrement du mal à la science, selon Mathias Girel : « C’est l’opposition rhétorique entre ce que les anglais appelaient sound science – la science saine et robuste – et junk science, la science de pacotille, on pourrait dire la mal science en référence à la malbouffe. C’est très clair dans les années 90, c’est un outil de lutte contre les sciences environnementales, c’est quelque chose qui resurgit à intervalle régulier, souvent pour qualifier des études qui doivent mener à une réglementation ».

 

A lire aussi

 

Les fake news, les interventions de Donald Trump et bien sûr la pandémie de Covid-19 n’apparaissent qu’à la fin du documentaire, mais prennent tout leur sens une fois l’historique de La Fabrique de l’ignorance décrypté : aujourd’hui la science est plus que jamais au cœur des débats.

Laurie-Anne Toulemont

 

Retrouvez l’actualité du Classique