Kamala Harris et Jill Biden saluées par la presse après l’élection de Joe Biden

« Kamala Harris, l’Amérique d’après » : Libération fait en première page une place à la vice-présidente élue, originaire de Californie. Le journal Les Echos consacre une page à celle qui fissure le plafond de verre, et reprend les mots de Kamala Harris prononcés samedi soir : « Je suis juchée sur les épaules de générations de femmes noires, asiatiques, blanches, latinos, amérindiennes qui ont construit ce chemin vers ce moment ».

 

Joe Biden, 78 ans, ne compte pas briguer de second mandat

Les Echos ajoutent : avec un président âgé de 78 ans qui a laissé entendre qu’il ne briguerait pas un second mandat, l’arrivée de Kamala Harris à la vice-présidence prend aussi une ampleur particulière en faisant d’elle la personne qui succèdera potentiellement à Joe Biden. Pleine page également sur la vice-présidente dans le Figaro. Le quotidien liste les insultes essuyées par la nouvelle vice-présidente durant la campagne : « C’est un monstre, une menteuse, elle est vicieuse ! ».

A lire aussi

 

Donald Trump a fait exprès durant la campagne de buter et d’écorcher son prénom pour souligner ses origines étrangères. Pire que Trump, il y a cet intervenant de la chaine Fox News qui qualifie ainsi cette juriste diplômée de Stanford devenue sénatrice : « Kamala Harris fait l’effet d’une chienne menteuse insupportable ». N’empêche, la procureure tenace, féministe, est devenue un exemple pour toutes les femmes américaines originaires des minorités. Joe Biden en sera donc bien encadré sur sa gauche par Kamala Harris et sur sa droite par son épouse Jill qui elle, fait la une du Parisien-Aujourd’hui en France.

 

Jill Biden affirme que Joe Biden peut « guérir » les Etats-Unis

JilL Bien c’est le supplément d’âme de Joe. Une enseignante engagée qui na pas prévu d’arrêter de travail, connue pour sa force de caractère, pour s’être interposée instinctivement lors d’un meeting pour protéger son mari d’une militante venue interrompre son discours. Joe Biden qui le 18 août dernier se présente dans une vidéo comme le mari de Jill Biden. « Elle a mis en avant le Biden Intime » explique le Parisien-Aujourd’hui en France. Âgée aujourd’hui de 69 ans, elle rencontre Biden en 1975, 2 ans après qu’il a perdu sa première femme et une petite fille dans un accident de voiture, c’est elle qui trouve les mots pour montrer aux Américains que son candidat de mari incarne la résilience dont l’Amérique a besoin : « Il a appris a guérir une famille » dit-elle « et on guérit un pays de la même façon : avec amour, compréhension, des petits gestes de gentillesse et courage et un espoir inébranlable ».

A lire aussi

 

Jill n’a pas prévu d’arrêter de travailler et veut poursuivre son activité pédagogique pour mettre en valeur le rôle des enseignants, a-t-elle déclaré sur CNN. Jill c’est un peu la Brigitte de Biden. Mais il ne faut pas oublier Doug Emhoff, le mari de Kamala Harris. Vous savez que c’est le premier Second Gentleman ? La First Lady c’est l’épouse du président aux Etats-Unis mais pour l’époux de la vice-présidente, c’est la première fois que ca se produit, on parle de second gentleman. Le mari de Kamala Harris est avocat et a démissionné pour éviter tout conflit d’intérêt et il n’a pas caché son envie de travailler à la Maison-Blanche sur l’accès au droit des populations défavorisées. Vous l’aurez compris, avec des conjoints et des conjointes pareils, on n’a pas besoin de storytelling.

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique