INSOLITE : Une auditrice accouche en pleine rue à Toulouse en écoutant Radio Classique !

Cette jeune maman n’a pas eu le temps d’arriver à la maternité. Son troisième enfant, une petite fille, est arrivée le 4 janvier, à 4h30, dans une rue de Toulouse, avec l’aide de son papa, qui nous a écrit un très joli message.

Mozart était diffusé sur Radio Classique pour la naissance du bébé

« Chère Radio Classique, je vous écris pour une raison un peu spéciale » : c’est par ces mots que Guillaume Sire, un fidèle auditeur, nous a adressé un message en ce début d’année. « Cette nuit j’ai fait moi-même accoucher ma femme de notre troisième enfant à 4h30, tandis que sur votre antenne était diffusé le 3ème mouvement du concerto pour piano n°21 de Mozart, joué par l’orchestre de Varsovie et Piotr Anderszewski ». Il explique n’avoir pas eu le temps d’arriver à la maternité, a arrêté la voiture au milieu d’une rue toulousaine et « tout faire là, avec cette musique, au milieu de la ville déserte ».

 

A lire également

 

Ce 3ème mouvement du Concerto n°21 de Mozart, Guillaume le connaît désormais par coeur

 

Dans le feu de l’action, Guillaume Sire a même accidentellement augmenté le volume de la musique, et dit avoir compris ce morceau : « ce 3ème mouvement maintenant je le connais par cœur, et j’ai l’impression de le comprendre mieux que Mozart ne l’a sans doute lui-même jamais compris. […] il y a cette accélération, ces coups d’épée dans le vide, tornade métaphysique absurde, jusqu’à une entente improbable, et pour finir un tremblement inattendu mais équilibré, un mystère spongieux, et par-dessus : l’aiguillon de la vie … Pour ma fille née cette nuit à 4h30, Radio Classique, merci ! ». Cet écrivain a vécu en quelques jours deux naissances : celle de sa fille, la nuit du 4 janvier, et deux jours plus tôt, celle de son dernier livre, édité chez Calmann-Levy : « Avant la longue flamme rouge », un roman consacré à la guerre civile cambodgienne dans les années 70. Un début d’année en trombe pour Guillaume Sire, qui se dit très heureux et qui se souviendra « toute [sa] vie » de cette nuit et de ce 3ème mouvement du 21ème concerto de Mozart.

 

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez l’actualité du Classique