Incendies en Australie : des espèces au bord de l’extinction – 3MINUTES POUR LA PLANÈTE

L’Australie est toujours en proie à de gigantesques incendies. Ce week-end, le bilan humain s’est alourdi, on compte désormais 28 morts, et 8 millions d’hectares sont partis en fumée. Des feux aux conséquences dévastatrices pour la biodiversité…

 

Ecoutez 3 minutes pour la planète de Baptiste Gaborit

 

Plus d’un milliard d’oiseaux, reptiles et mammifères tués dans les incendies

C’est un désastre écologique majeur : un chercheur de l’université de Sydney a chiffré à plus d’1 milliard le nombre d’oiseaux, de reptiles et de mammifères tués dans les incendies. Une estimation a minima précise-t-il, car en incluant tous les animaux, insectes compris, on se rapprocherait en réalité d’1 million de milliards d’animaux tués. Selon Philippe Grandcolas, directeur de recherche au CNRS et directeur de l’institut de systématique évolution biodiversité au Muséum national d’histoire naturelle : « dans un mètre carré de sol forestier, ce qui est aussi vrai en Europe et d’autres continents, d’ailleurs, on a des milliers et des milliers de petits insectes, de petits acariens, et arthropodes. Compte tenu de la surface impactée par les feux (l’équivalent de la taille de l’Irlande) et de leur intensité, on arrive à des totaux gigantesques » d’animaux tués. Si bien que certaines espèces seraient désormais au bord de l’extinction.

 

A lire aussi

 

Les koalas ont perdu 30% de leur population

 

Kingsley Dixon, professeur de biologie à l’université Curtin de Perth, en Australie, explique que les feux pourraient être directement responsables de l’extinction de certaines espèces comme les potorous, un petit marsupial. Les koalas ont perdu 30% de leur population. « Ces incendies sont à eux seuls le plus grand événement d’extinction qui s’est produit ces derniers temps » estime le professeur Dixon. Inquiétudes également pour la souris de l’île kangourou et une centaine d’espèces, qui seraient désormais au bord de l’extinction. Et pour beaucoup ce sont des espèces endémiques, c’est-à-dire présentes uniquement en Australie.

 

Potorou, petit marsupial menacé d’extinction

 

Tout l’écosystème australien est en danger

 

« C’est une partie du patrimoine de l’Humanité qui disparait » se désole le biologiste Philippe Grandcolas. Au-delà de l’impact immédiat, ces feux laissent derrière eux un paysage dévasté, et des conséquences à long terme pour la biodiversité. Les populations restantes, quant à elles, vont se retrouver dans un paysage morcelé, un patchwork d’espaces brûlés, et non brûlés. Avec des sols brûlés, plus de couvert végétal. C’est tout l’écosystème qui est désormais en danger. Les scientifiques précisent toutefois qu’il faudra attendre la fin des incendies pour pouvoir se rendre sur place et évaluer ainsi l’étendue des dommages.

 

Baptiste Gaborit

 

Retrouvez l’actualité du Classique