Il est temps : Arte enquête sur la jeunesse et le climat

Arte diffuse depuis hier soir et jusqu’au vendredi 27 novembre une série de documentaires et de programmes courts sur la jeunesse européenne. Le programme s’appelle Il est temps, c’est la photographie d’une génération et de son rapport aux enjeux climatiques via une vaste enquête sociologique menée sur l’écologie.

 

Ecologie : L’étude montre qu’il y a 58% d’écologistes, 38% d’environnementalistes, et 4% de productivistes

L’enquête a commencé en mai dernier par un questionnaire en ligne. Il y a eu près de 400 000 participants en France et en Allemagne, plus de 40 millions de réponses analysées par une équipe de sociologues franco-allemand. Sur le rapport à l’écologie, trois groupes distincts apparaissent : ceux qui ne croient pas à la crise écologique, que les sociologues ont appelé les productivistes, ils ne sont que 4%, et deux autres groupes, les écologistes 58% et les environnementalistes 38%. Très sensibilisés à l’écologie, ils croient aux alertes des scientifiques malgré des différences profondes, notamment sur le système économique.

 

A lire aussi

 

Les sociologues se sont intéressés également à quelques idées reçues : que l’écologie par exemple, serait réservée aux classes aisées, ce n’est pas ce que révèlent les résultats. Les ouvriers et employés sont ainsi 65% à penser que l’urgence écologique est à son maximum. Autre résultat : il n’y a pas de génération climat comme on peut le penser, il n’y pas d’effet d’âge mais plutôt des effets de genre. Les écologistes sont majoritairement des femmes et plus de 80% des productivistes sont des hommes. Enfin près de 80% des personnes qui ont participé à l’étude se disent prêtes à désobéir aux lois pour protéger l’environnement.

 

Désobéissant.e.s, diffusé ce soir sur Arte, s’intéresse aux activistes de l’écologie

C’est justement le thème de Désobéissant.e.s, un documentaire diffusé ce mercredi 24 novembre sur Arte à 22h45. La réalisatrice Adèle Flaux a suivi pendant plusieurs mois des militants depuis La Base, le QG parisien de ces activistes écolo. Un mouvement qui s’est structuré pendant l’été 2018, marqué par de multiples incendies dans le monde, une canicule en Europe et la démission en France de Nicolas Hulot alors ministre de la Transition Ecologique.

 

Ecoutez 3 minutes pour la planète de Baptiste Gaborit

 

Retrouvez l’actualité du Classique