Huile de palme : un co-produit va bénéficier d’une fiscalité allégée

L’huile de palme est de nouveau au cœur d’une polémique. Après un vote des députés au mois de novembre dernier, cet oléagineux très décrié ne bénéficie plus d’une fiscalité allégée. Mais une note des Douanes fait une exception pour un produit issu du raffinage de l’huile de palme. Les ONG sont en colère.

 

Écoutez 3 minutes pour la planète de Baptiste Gaborit

 

Une décision qui profite à Total et son usine de La Mède

Au cœur de cette polémique, se trouvent les agrocarburants à base de PFAD, des distillats d’acide gras de palme. Les Douanes, dans une note publiée fin décembre, considèrent que ces PFAD ne sont pas des produits à base d’huile de palme, et vont donc pouvoir continuer à bénéficier d’un avantage fiscal, ce qui profite à Total et à son usine de La Mède dans le sud. Une bioraffinerie mise en service en juillet dernier et qui doit produire des biocarburants à partir d’huiles végétales.

 

A lire aussi

 

Le gouvernement a cédé au géant français selon Arnaud Gauffier du WWF. Selon les ONG, les PFAD sont bien un coproduit de l’huile de palme, issu de son raffinage, et donc avec les mêmes impacts sur la déforestation, en particulier en Asie. Total de son côté répond que les PFAD sont obtenus inévitablement lors du raffinage de l’huile de palme, autant s’en servir.

 

Le député Bertrand Pancher appelle le gouvernement à rester vigilant

Le groupe pétrolier ajoute que du fait de son acidité, le PFAD ne pourra être traité qu’en quantité limitée par sa bioraffinerie. Deux ONG ont attaqué cette note des douanes. Canopée et Les Amis de la Terre ont déposé un recours devant le conseil d’Etat. L’audience avait lieu hier, mais il faudra attendre peut-être des mois avant la décision. Le député Bertrand Pancher, du groupe Liberté et Territoire appelle de son côté le gouvernement à la vigilance.

Il a publié hier un rapport sur les biocarburants. Ils sont dits utiles, à condition qu’ils ne soient pas produits à base d’huile de palme, mais de colza, de betterave ou de maïs… bref des productions françaises à valoriser. Bertrand Pancher appelle les constructeurs à équiper en série les véhicules de dispositif Flex fuel pour permettre aux voitures de rouler avec ses biocarburants.

 

Baptiste Gaborit

 

Retrouvez d’autres articles de 3 minutes pour la planète