Geneviève Laurenceau met en lumière les morceaux méconnus de Camille Saint-Saëns

A l’occasion de la publication de son nouvel album dédié à Saint-Saëns et publié chez Naïve, la violoniste Geneviève Laurenceau sera ce vendredi 10 septembre à 20h dans le Journal du Classique.

« Pour moi Saint-Saëns est un conteur. Il prend la plume pour nous raconter une histoire en musique »

Les commémorations du centenaire de la disparition de Saint-Saëns nous permettent de redécouvrir quelques pages du compositeur français que l’on avait tendance à négliger, comme son premier concerto pour violon bien moins souvent joué que le célèbre troisième, ou ses romances, fantaisies et autres pièces de genre pour violon et orchestre éclipsées par la Havanaise et l’Introduction et rondo Capriccioso mais tout aussi séduisantes voire envoutantes. On se régale ainsi à l’écoute de ce nouvel album de Geneviève Laurenceau, enregistré avec l’orchestre de Picardie et Benjamin Levy, mettant justement à l’honneur ces perles méconnues.

A lire aussi

 

La violoniste, dont on connait l’amour pour le répertoire français, nous révèle toute la sensualité, le lyrisme, l’élégance, la virtuosité comme la théâtralité de Saint-Saëns, s’associant, pour quelques pages, à la harpe de Pauline Haas et au violoncelle de Yan Levionnois. « Pour moi Saint-Saëns est un conteur. Il prend la plume pour nous raconter une histoire en musique » nous dit-elle. Geneviève Laurenceau interprètera quelques pièces de ce programme en concert le 26 septembre à Laon, avec ce même orchestre de Picardie placé sous la direction de Jean-Jacques Kantorow. D’ici là, elle fera sa rentrée à l’Académie Jaroussky à la Seine musicale où elle donnera une master classe ouverte au public le 15 septembre et participera, le 17, au concert de lancement de la nouvelle promotion.

Laure Mézan

Retrouvez l’actualité du Classique