Covid, Brutalités policières, menace de destitution : Donald Trump face à une Amérique en colère

Image incroyable hier de Washington, le président Trump se recueille devant la dépouille du juge Ginsburg. On entend des gens hurler « Vote him out ! », « éjectez-le par le vote ».

Donald Trump nommera lundi 28 septembre son juge à la Cour Suprême

Le président n’a pas sourcillé mais il a entendu, et il a géré, comme il le fait toujours. Lundi, crise de la Cour Suprême, avec demain samedi Donald Trump qui nommera son juge, et les démocrates qui menacent d’une destitution et qui ne font rien, et une Amérique de la société civile de plus en plus dans la rue. Mardi crise covid, 200 000 morts aux Etats-Unis, avec Donald Trump qui n’en parle presque pas. Mercredi, émeute à Louisville, 3 policiers blessés, une colère incroyable, avec encore une affaire de brutalité policière et Donald Trump qui évoque « la loi et l’ordre ».

 

A lire aussi

 

En cas de problème électoral le 3 novembre, Donald Trump refusera de se retirer

Jeudi et vendredi, cris et crise ont continué à Washington, une partie de l’Amérique démoralisée, en colère, et encore et toujours Donald Trump qui répète cette nuit, ne pas se retirer le 3 novembre, en cas de problème électoral. Donald Trump ce président qui menace, ce président qui depuis une semaine fait beaucoup de « Trump », dans une démocratie inquiète pour l’avenir. Alors ce matin on pense à Ed Murrow, journaliste à CBS, doyen de la presse pure et dure, demandant à l’époque du Maccarthysme aux amoureux de la presse et de l’humanité, de tenir et d’espérer : « Good night, and good luck ».

Laurence Haïm

 

Retrouvez l’actualité du Classique