Covid 19 : Moins de risque de contamination dans les salles de spectacle que dans les écoles, selon une étude

Selon une nouvelle étude allemande, les lieux de culture (musées, théâtres, salles de concert…) qui respectent les dispositifs de sécurité sanitaire sont considérablement moins exposés aux risques de transmission du Covid 19 que tous les autres lieux publics tels que les restaurants, supermarchés salles de réunion ou classes d’écoles.

Covid-19 : 6 fois plus de risques de contagion dans les établissements scolaires

L’étude menée par le professeur Martin Kriegel, directeur de l’Institut Hermann-Rietschel (Université technique de Berlin) et l’ingénieure Anne Hartmann et publiée le 10 février porte sur le risque d’infection par aérosols au Covid 19 dans des lieux public clos dans lesquels les consignes sanitaires sont plus ou moins respectées, notamment le port du masque et la distanciation physique.

A lire aussi

 

Selon les résultats de cette étude, ce sont les lieux de culture, musées, salles de concert, cinémas et théâtres dans lesquels le risque de contamination est le moins élevé. Si l’on prend en considération l’indicateur de circulation du virus (R), qui indique le nombre de personnes infectées par une personne positive au virus, il est de 0,5 dans les lieux culturels avec port du masque et jauge à 30% alors que ce taux est multiplié par 2 dans un supermarché ou un restaurant, par 3 dans un open-space ou un train et même par 6 dans un établissement scolaire.

 

Variants : L’étude ne prend pas en compte les nouvelles mutations du coronavirus

Les responsables de l’étude estiment que les bons résultats obtenus par les lieux culturels tiennent surtout au fait que le plus souvent le public y est silencieux, donc moins émetteurs d’aérosols viraux, qu’il est plus facile d’y faire respecter des mesures de distanciation et de contrôler l’éventuelle “dangerosité” des participants (accès après tests notamment).

A lire aussi

 

Dans le Spiegel, Le professeur Martin Kriegel note que “ce qui ressort clairement de l’étude, c’est que ce sont avant tout les situations dans lesquelles nous aimons être qui sont défavorables”. À l’attention des pouvoirs publics, il indique qu’avec “des procédures d’hygiène bien pensées et cohérentes, certains lieux publics pourraient être rouverts. Et que dans d’autres situations, il est nécessaire de réduire encore davantage les contacts”. Il est à noter, toutefois, que cette étude ne prend pas en compte les nouvelles mutations du virus et leur plus grande contagiosité, notamment le variant anglais dont l’indice de circulation (R) est de 30 à 50% plus élevé que celui du Sars-CoV-2.

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique