Covid-19 : « Les anti-vaccins sont des criminels » selon Gilbert Deray

Gilbert Deray était l’invité ce matin de Renaud Blanc dans la matinale de Radio Classique. Selon le chef du service Néphrologie de l’hôpital La Pitié-Salpêtrière, la France est « en plein dans la 4ème vague et cela fait déjà un moment ».

 

Gilbert Deray estime qu’il y aura 40 000 à 50 000 nouveaux cas par jour d’ici le 8 août

La propagation du virus s’accélère en France et les contaminations doublent toutes les semaines, explique le Professeur. Le nombre de nouveaux cas par jour va atteindre les 40 000 ou 50 000 d’ici le 8 août, poursuit-il. Cette hausse des contaminations était prévisible selon lui, « il suffisait d’observer le cas du Royaume-Uni ». La situation y est d’ailleurs préoccupante puisque le « Freedom Day » accélère la propagation du virus et Boris Johnson ne peut tenir son pari de liberté, estime Gilbert Deray. En effet, le Premier ministre britannique a déjà annoncé l’instauration d’un pass sanitaire à l’entrée des boîtes de nuit d’ici fin septembre.

A lire aussi

 

En Grande-Bretagne, le nombre de nouvelles contaminations par jour s’élèvent à 50 000 et il double tous les 8 jours. Si le seuil d’un million de contaminations est franchi, « cela va tuer l’économie parce qu’il n’y aura plus personne pour faire quoi que ce soit », assure le Professeur.

Covid : « Le virus est arrivé sur le littoral » pointe Gilbert Deray 

En France, il est inévitable que d’autres départements imitent les Pyrénées-Orientales, où des restrictions ont été rétablies face au taux d’incidence qui est « passé de 40 à 300 en une semaine », explique Gilbert Deray. Avec les vacances et le brassage des populations, « le virus est [arrivé] sur le littoral », aussi bien autour de la Méditerranée que de l’Atlantique. Naturellement, il n’est pas possible d’interdire aux Français de partir en vacances, souligne Renaud Blanc, mais deux moyens de lutter contre la propagation du virus existent. Il faut se faire vacciner et rétablir les gestes barrières et le port du masque, déclare Gilbert Deray. Le « vaccin est sûr et incroyablement efficace », précise-t-il. Ainsi il rappelle que de multiples études prouvent que le risque de transmettre le virus est diminué de 80% et le risque d’attraper une forme grave est réduit de 90% pour les personnes vaccinées.

A lire aussi

 

Toutefois, même vacciné, il faut continuer de respecter les gestes barrières et de porter le masque, car il existe toujours un risque d’attraper le virus, assure-t-il. D’autant qu’une importante partie de la population n’est pas encore vaccinée, ce qui favorise la circulation du virus et l’apparition de nouveaux variants. Tant que l’immunité collective n’est pas atteinte, il faut donc se protéger, estime le chef du service Néphrologie de l’hôpital La Pitié-Salpêtrière.

4ème vague : Les jeunes sont les plus touchés

Aujourd’hui parmi les personnes qui meurent du Covid, 97 à 98% sont des individus non-vaccinés, rappelle Gilbert Deray. Il poursuit en dénonçant les anti-vaccins qu’il qualifie de « petite horde de boutiquiers, qui pour des raisons politiques, de pouvoir et d’argent, mènent des gens à la mort ». Si les anti-vaccins sont des « criminels », il les distingue de ceux qui hésitent. Il comprend que l’on puisse douter, mais il ne cautionne pas ceux qui s’opposent à la vaccination au nom de la liberté. En effet, il considère « qu’il n’y a qu’une seule définition de la liberté » et selon celle-ci « l’individu est libre de faire ce qu’il veut tant qu’il ne nuit pas à autrui ».

A lire aussi

 

Les jeunes sont ceux qui sont le plus touchés par cette 4ème vague, ainsi le taux d’incidence explose chez les 20-29 ans, pointe Gilbert Deray. Néanmoins, les catégories les plus à risque sont majoritairement les personnes âgées. Or, « 15% des plus de 75 ans, et 16 à 17% des plus de 60 ans ne sont pas vaccinés, ce qui constitue 3 millions de personnes », explique le Professeur. Il faut donc aller vers ces publics et les vacciner.

Alexandra Legrand 

Retrouvez l’actualité du Classique