Confinement : Une étude britannique confirme que la musique classique améliore votre humeur et votre santé !

Le Royal Philharmonic Orchestra a publié une étude sur l’évolution des pratiques d’écoute de musique classique en pleine crise du Covid-19. Effectuée auprès de 8 000 personnes – un échantillon représentatif de la population Britannique- et durant quatre périodes clés : la période pré-coronavirus, le premier confinement, la sortie de ce confinement et le début des vaccinations, cette étude met en évidence les différents comportement d’écoute de la musique symphonique induits par ces changements de contexte.

7 personnes sur 10 déclarent que la musique classique a des effets positifs sur leur humeur et leur santé

L’intérêt pour la musique classique était déjà relativement haut avant le premier confinement, 35% des plus de 35 ans interrogés se disant prêts à en apprendre plus à ce sujet. Ce chiffre est en constante augmentation depuis des années (il était de 22% en 2018). Une tendance qu’on observe également chez les jeunes, dont 26% se disent intéressés par l’approfondissement de leurs connaissances en musique classique. On peut aussi noter que 4 sondés sur 10 assurent écouter de la musique classique tous les jours. Avant le premier confinement et les vagues d’annulation de concerts, le pourcentage de personnes interrogés qui envisageaient de se rendre à un concert de musique classique était de 94%.

A lire aussi

Le changement de mode de vie de chacun pendant le confinement a été l’occasion pour 85% des sondés d’élargir leurs horizons culturels. Parmi eux, un tiers se sont tournés vers la musique. Cette curiosité a été récompensée : 70% des gens écoutant de la musique symphonique ont déclaré que cette dernière avait un impact positif sur leur humeur et leur santé.

 

L’objectif de l’étude : tirer du positif d’une période catastrophique pour le monde culturel

Ces intérêts grandissants pour la musique classique se sont inscrits dans le temps chez 16% des Britanniques interrogés. Concernant l’impact du vaccin, 83% des gens se sont dits plus confiants de reprendre des activités sociales, dont le retour dans les salles de concerts.

A lire aussi

 

James Williams, Directeur Général du Royal Philharmonic Orchestra, l’orchestre qui a commandé l’étude, se dit inquiet des effets négatifs d’une telle année et craint les ressentir encore durant une longue période. Mais il préfère tirer le positif de cette année catastrophique « en se concentrant sur ce qui est possible et non en râlant sur ce qui ne l’est pas ». L’objectif de cette étude est donc d’essayer de faire ressortir des aspects positifs de cette période pour le monde de la musique classique, et notamment une augmentation de l’intérêt des gens pour la musique symphonique.

Rémi Monti

 

Retrouvez l’actualité du Classique