Bipolaire et dépressif, l’acteur Stephen Fry se soigne en écoutant Beethoven

Stephen Fry, écrivain et acteur britannique, a été diagnostiqué bipolaire à l’âge de 37 ans et a déjà tenté de se suicider. Il a confié que l’un des remèdes à ses crises de dépression était ni plus ni moins que Beethoven.

 

Stephen Fry a, entre autres, interprété Oscar Wilde et joué dans Sherlock Holmes, avec Robert Downey Junior

Né, comme on le sait, dans une famille modeste, atteint d’une précoce surdité et loin d’être affublé d’une beauté capable de séduire toutes les dames dont il pouvait s’éprendre, Ludwig van Beethoven cumulait les motifs valables pour tomber en dépression. Un mal qu’il avait, d’après les carnets de ses médecins, tendance à épancher un verre de vin à la main. Sa réputation de soiffard et de misanthrope n’a pour autant pas tant influé dans l’atmosphère de ses compositions, souvent fougueuse et romantique.

 

à lire aussi

 

De quoi revigorer l’esprit de plus d’un homme accablé, comme l’acteur Stephen Fry, que le grand public a pu voir au cinéma sous les traits du frère volubile de Sherlock Holmes, interprété par Robert Downey Jr. Le répertoire de Ludwig van Beethoven constitue pour le comédien et auteur britannique un salvateur vade mecum. Celui que la critique a adoubé en 1997 pour son interprétation d’Oscar Wilde s’est confié dans un podcast de Nothing Concrete sur les troubles bipolaires qui ont pu être décelés chez lui à l’âge de 37 ans.

 

 

Stephen Fry a dit avoir ressenti de la « culpabilité et de la honte » après sa tentative de suicide

Durant l’interview, il a ainsi égrainé ses astuces pour ne pas se laisser abattre, lorsqu’une forme de neurasthénie s’empare de nous. « Ne pas trop boire, marcher et manger correctement sont censées aider la santé mentale », a-t-il détaillé, avant d’ajouter qu’à titre personnel, il aimait « (se) baigner dans une musique comme celle de Beethoven et de penser à ceux qui (l’)ont précédé, qui ont été brûlés par la flamme de la maladie et entrainés dans les eaux glacées de la dépression ».

 

à lire aussi

 

Stephen Fry, devenu une des figures outre-Manche de la lutte contre la stigmatisation entourant cette pathologie mentale, a également fait part de la « culpabilité et de la honte » qu’il avait pue ressentir après avoir tenté de se suicider. « Beethoven est un exemple parfait de quelqu’un qui ramène de la couleur (dans votre vie) plus rapidement que presque toute autre chose », a-t-il indiqué. Voici une raison de plus de réécouter les oeuvres les plus abouties du compositeur allemand, qui fête cette année son 250e anniversaire. 

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez l’actualité du Classique