Changement climatique : Ces villes de France qui se préparent aux importantes inondations

istock

Inondations, canicules ou encore sécheresses, les impacts du changement climatique sont là. Ils vont se multiplier et il va falloir vivre avec. C’est tout l’enjeu du nouveau rapport du GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat publié en février dernier. Un rapport majeur, consacré à l’adaptation au changement climatique.

Ces épisodes de pluies extrêmes vont se multiplier dans les années à venir

Certaines villes et en particulier celles qui sont confrontées par exemple au risque d’inondations, essayent de s’adapter au changement climatique. C’est le cas à Trèbes dans l’Aude, une ville de 6 000 habitants meurtrie par une crue éclair dévastatrice en octobre 2018. En quelques heures, des cumuls de pluie exceptionnels s’abattent sur la région et transforment l’Aude en torrent. Selon Eric Ménassi, le maire de Trèbes : « en 2018, les éléments se sont déchaînés dans des proportions dantesques. Jamais notre territoire et plus encore la ville de Trèbes, n’avait été frappée par un tel déchaînement ». Six personnes décèdent dans la ville et quinze au total dans l’Aude. Ces épisodes de pluies extrêmes vont se multiplier dans les années à venir.

A lire aussi

 

La mairie appuyée par l’Etat a donc accéléré depuis 2018, ses aménagements en matière d’urbanisation : « 52 maisons sont en train d’être rasées aujourd’hui. La piscine municipale a été détruite très rapidement, elle ne pourra plus être construite au même endroit. Le camping municipal et d’une manière un peu plus symbolique, l’école maternelle et l’école primaire du quartier de l’aiguillon seront détruites rapidement ». Les démolitions ont commencé en octobre dernier. Elles vont durer encore 18 à 24 mois. Des bâtiments détruits car ils sont situés dans le lit majeur du fleuve Aude : « il faut que le lit du fleuve soit élargi le plus possible pour une raison toute simple. Nous savons que ce qui a engendré les catastrophes, c’est la vitesse de l’eau. Il faut donc permettre au fleuve de pouvoir latéralement dissiper sa vitesse de façon à ce qu’il soit le moins violent possible ». 

Les spécialistes appellent la France à se doter d’une réelle stratégie ambitieuse d’adaptation

C’est un programme d’ampleur et c’est tout un quartier qui doit se métamorphoser. Mais cela a un coût : il faut compter plusieurs dizaines de millions d’euros pour les maisons qui vont rester. Une étude individualisée est proposée et l’Etat a porté, en 2019, à 80% le taux de prise en charge des travaux prescrits dans le cadre des plans de prévention des risques d’inondations pour les particuliers. Mais leur mise en œuvre est compliquée. Pour Emma Haziza, hydrologue et spécialiste de l’adaptation au changement climatique : « bien souvent, on ne sait pas à qui faire appel pour pouvoir demander ces fonds. Les délais d’attente pour valider le fait d’être retenu dans ces processus pour avoir des aides de l’État, sont souvent supérieurs à 6 mois. Donc les gens capitulent un petit peu. Avant la prochaine décennie, tout le travail que l’on aura à faire sera sans doute de simplifier ces politiques publiques ». 

A lire aussi

 

De nombreuses autres villes de l’arc méditerranéen comme Vaison-la-Romaine ou Nîmes, ont-elles aussi engagé des travaux importants. Elles ont par exemple, renforcé les systèmes d’alertes, des zones inondables ont été rendues inconstructibles et la succession d’évènements majeurs a poussé les élus à réfléchir à cette question de l’adaptation : « les choses sont très avancées en matière d’inondations en France, ce qui n’est pas le cas dans la majeure partie des autres pays de l’Europe. Cela ne veut pas dire que l’on est complètement prêt, ça veut dire qu’en tous les cas, on a mis en œuvre des politiques depuis 20 ans qui commencent aujourd’hui à porter leurs fruits, notamment en termes de limitation de victimes ». Ce qui n’est pas le cas sur les autres impacts du changement climatique. Plusieurs spécialistes appellent ainsi la France à se doter d’une réelle stratégie ambitieuse et globale d’adaptation.

Baptiste Gaborit

Retrouvez 3 minutes pour la planète