Yuka : L’application qui scanne les aliments condamnée à payer 20 000 euros aux charcutiers

istock

Les charcutiers ont décidé de poursuivre en justice l’application Yuka, et la justice vient de leur donner raison. Cette application que l’on télécharge sur son smartphone permet de scanner le code-barres d’un produit et d’obtenir ainsi des informations. On sait s’il est sucré, gras, mauvais pour notre peau ou notre santé.

Yuka pointe du doigt certains produits, cela pèse sur les ventes

Yuka est une start-up qui veut donner de l’information au consommateur. C’est une manière d’éclairer nos choix, mais aussi de donner du pouvoir au consommateur en obligeant les entreprises dont les produits sont mal notés à changer leurs recettes. Et bien sûr, cela ne plaît pas trop aux géants de la cosmétique et de l’agroalimentaire. Le premier reproche qu’ils font à cette application, c’est qu’ils estiment que Yuka est excessif. En gros les produits gras et sucrés sont automatiquement mal notés. Mais les industriels disent qu’il est normal que le beurre soit gras et le chocolat sucré.

 

A lire aussi

 

Ce qui les rend mauvais pour notre santé c’est d’en consommer trop, mais comme Yuka pointe du doigt certains produits, cela pèse sur les ventes. La charcuterie se sent particulièrement visée car  Yuka a un côté militant et renvoie vers des pétitions en ligne pour interdire les nitrites. Les industriels disent qu’ils respectent toutes les lois et que dire que charcuterie = cancer c’est une généralisation qui n’est pas prouvée, et même si les nitrites ne sont pas indispensables, ils sont utiles pour favoriser la conservation et lutter contre le botulisme. Manger beaucoup de viande tous les jours ce n’est pas bon. En manger un peu ce n’est pas forcément mauvais. C’est le même phénomène pour les crèmes solaires. Ce n’est peut-être pas parfait mais mieux vaut se protéger avec une crème que de brûler au soleil. Or, Yuka note mal beaucoup de crèmes, et du coup les industriels ont porté plainte.

 

Yuka est une appli utile mais sans doute trop simpliste et excessive

La justice a donné raison aux charcutiers dans une plainte collective. Et maintenant, ils attaquent à titre individuel en demandant des millions de dommages et intérêts. Si la justice donne encore raison aux plaignants, c’est l’existence même de Yuka qui sera menacée. On peut crier au complot du grand capital, on peut aussi se dire que Yuka est une appli utile mais sans doute trop simpliste et excessive. Le poison on le sait, c’est presque tout le temps la quantité, et Yuka ne fait pas dans la nuance mais d’une certaine manière dans l’industrie bashing. La réponse est entre les mains du consommateur mais peut-être aussi des pouvoirs publics, car tout cela c’est une question d’éducation. L’école devrait peut-être nous apprendre à être des consommateurs plus éclairés et pas simplement influencés par une appli ou un grand groupe.

David Barroux

Retrouvez le Décryptage Economique