Les multiples facettes du génie théâtral mozartien éclairées par Elsa Dreisig

La soprano franco-danoise a réussi un tour de force : incarner trois rôles dans chacun des opéras qui forment la « Trilogie Da Ponte ». D’où le titre de ce nouvel album : « Mozart x 3 ».

Passionnée de Mozart, la cantatrice livre la plus belle des déclarations d’amour

Elsa Dreisig voit Mozart comme le compositeur qui lui a donné envie de devenir cantatrice. La soprano franco-danoise lui rend aujourd’hui hommage à travers un album entièrement composé d’airs de ses opéras. Son titre, Mozart x3, renvoie à son programme, articulé autour des chefs-d’œuvre composés sur des livrets de Lorenzo da Ponte : Les Noces de Figaro, Don Giovanni et Così fan tutte. Trois personnages de premier plan confiés à une voix de femme : la comtesse Almaviva, sa servante Susanna et Chérubin (rôle travesti) dans Les Noces ; Donna Anna, Donna Elvira et la jeune paysanne Zerlina dans Don Giovanni ; le trio de Cosi, lui, est composé des deux sœurs Fiordiligi et Dorabella et de leur alerte servante, la mutine Despina. À ces neuf airs de la trilogie da Ponte s’ajoutent trois airs choisis parmi trois opéras seria, lesquels ceinturent la carrière de Mozart : Idoménée et Lucio Silla, d’une part, et La Clémence de Titus d’autre part, composée l’année de sa mort en 1791 – un moment où le genre était quelque peu passé de mode. Elsa Dreisig, dont l’ample tessiture lui permet d’incarner des rôles vocalement très variés, exprime parfaitement le caractère fier et impulsif de la patricienne Vitellia. Autre personnage tourmenté, la princesse grecque Electre est illustrée par un air d’Idoménée, ouvrage tumultueux créé à Munich en 1781. Lucia Silla, écrit alors que « l’enfant de Salzbourg » n’avait que 16 ans, fournit l’air sans doute le moins connu de l’album, conçu à l’origine pour un castrat.

A lire aussi

 

Passionnée de Mozart, la cantatrice livre la plus belle des déclarations d’amour possible (en écho à celle de Chérubin pour la comtesse) : « sa musique, qui peut, de prime abord, sembler si claire et naturelle, cache en réalité de profonds, de très profonds secrets. Lorsque je l’écoute ou lis les livrets de ses opéras, je trouve des nuances et des subtilités qui m’aident à mûrir ». On se réjouit en outre de retrouver Louis Langrée à la tête de l’Orchestre de chambre de Bâle : le chef français – fraîchement nommé directeur de l’Opéra-Comique de Paris – respire toujours à l’unisson des chanteurs qu’il accompagne, trouvant le juste équilibre entre abandon élégiaque et (re)prise en main du discours dramatique.

 

Jérémie Bigorie

 


Décernés chaque semaine, les Trophées Radio Classique priment un nouvel album, mis à l’honneur notamment dans l’émission « Tous Classiques » de Christian Morin.

Qobuz, la plateforme française de streaming et de téléchargement de musique haute résolution, est le partenaire officiel des Trophées Radio Classique 2021

Retrouvez l’actualité du Classique