A la prison de Fresnes, un surveillant accusé de trafic de cannabis

Lionel Allorge / wikimedia commons

Le Parisien-Aujourd’hui en France consacre une double page la corruption qui sévit à la prison de Fresnes dans le Val-de-Marne. Le surnom de ce jeune fonctionnaire pénitentiaire originaire de Guyane : « Mbappé » car il ressemble au footballeur.

Le nouveau directeur de la prison de Fresnes mène la guerre à la corruption

Ce gardien de prison est accusé d’avoir mis en place un trafic de cannabis dans l’établissement pénitentiaire. Il y faisait rentrer la drogue dans son sac à dos et l’abandonnait dans une poubelle, à l’intention d’un détenu guyanais. Il s’est fait repérer par une collègue le 4 décembre dernier. Depuis deux ans, le nouveau directeur de Fresnes mène la guerre à la corruption. Il y a eu une dizaine de signalements à une cellule interne de renseignement, face à un véritable système. Des commandes de cannabis passées par les taulards et livrées par qui ? Par des surveillants peu scrupuleux qui allaient chercher le produit dans une boulangerie voisine.

A lire aussi

 

On lit le témoignage ahurissant de détenus qui balancent les dealers, autrement dit leurs gardiens. Ces mêmes surveillants sont évidemment l’objet de pressions, on les intimide, on leur fait savoir qu’on connaît leur adresse, qu’on sait qu’ils ont une famille, on envoie même des copains les intimider devant chez eux. L’administration pénitentiaire a beau identifier des responsables, il est très difficile de traduire les suspects en justice. Les détenus parlent en prison mais rarement devant les policiers. Celui qui est surnommé Mbappé a ainsi avoué devant le directeur de la prison avoir perçu 500 euros pour livrer du cannabis. Mais devant la police, il promet l’avoir fait gratuitement par peur des menaces de mort.

David Abiker

 

 

Retrouvez la Revue de presse