EQUILBEY Laurence – biographie

(1962 - ) Chef d'orchestre

Laurence Equilbey a d’abord construit sa carrière sur la direction de chœurs. Formée au chant choral en Allemagne, puis à Vienne, son le répertoire va du baroque au contemporain. Elle crée à vingt-neuf ans le chœur Accentus qui connaît rapidement le succès avec ses interprétations a cappella, puis un chœur pour jeunes chanteurs à Paris, avant de diriger le chœur de l’Opéra de Rouen. En 2012 elle crée un orchestre jouant sur instruments d’époque, Insula Orchestra, et se fait reconnaître comme chef d’orchestre à part entière, appelée désormais à diriger des orchestres symphoniques.

Laurence Equilbey en 8 dates :

  • 1962 : Naissance à Paris
  • 1980 : Études musicales à Paris
  • 1986 : Arnold Schönberg Chor à Vienne
  • 1991 : Création du chœur Accentus
  • 1995 : Jeune Chœur de Paris
  • 1998 : Chef du chœur de l’Opéra de Rouen
  • 2012 : Création d’Insula Orchestra
  • 2017 : La Seine Musicale

Son enfance en Allemagne lui donne le goût du chant choral.

Née à Paris, elle passe son enfance en Allemagne, du côté de la Forêt Noire, où ses parents s’installent et lui permettent de chanter dans un chœur à Fribourg-en-Brisgau. Elle revient en France pour être pensionnaire à la Légion d’Honneur, puis lycéenne à Metz. Elle suit des études musicales à La Sorbonne et au Conservatoire de Paris. Elle part ensuite à Vienne, pour intégrer le chœur Arnold Schönberg. Ses rencontres avec Nikolaus Harnoncourt et Claudio Abbado la déterminent dans sa vocation de chef de chœur. Le premier lui donne le goût de Mozart et Haydn, et le second celui de la période romantique.

A lire aussi

 

Elle crée Accentus, qui devient l’un des chœurs de chambre les plus reconnus dans le monde.

Après deux années à Vienne, elle rentre en France avec le projet de créer son ensemble vocal. Elle obtient une bourse de la Fondation Bleustein Blanchet de la Vocation et suit les master class du chef de chœur suédois Erik Erikson. Il lui apporte les bases professionnelles de son futur métier. L’effectif d’un chœur de chambre est de trente-deux à quarante chanteurs, ce qui représente un important budget nécessitant le soutien de plusieurs mécènes et institutions publiques. La réussite d’Accentus, créé en 1991, trois fois Victoire de la musique classique, lui vaut d’être toujours en résidence à l’Opéra de Rouen Normandie et d’être promu Centre national d’art vocal pour l’Ile de France et la Normandie. Il participe à de nombreux concerts dans le monde et accompagne des orchestres symphoniques. Son abondante discographie va de Mozart à Schönberg, en passant par Schubert et Brahms.

A lire aussi

 

Le Jeune Chœur de Paris naît peu après Accentus, en lien avec le conservatoire du 16ème arrondissement de Paris, puis le CRR (Conservatoire Régional) de la capitale.

 

Insula Orchestra, créé en 2012, est en résidence à la Seine Musicale de Boulogne-Billancourt depuis 2017.

La création d’un orchestre sur instruments d’époque, dédié au répertoire classique et romantique, est encore une entreprise gagnante de Laurence Equilbey, soutenue par le département des Hauts de Seine. Son premier concert en décembre 2012 est la Messe en ut mineur de Mozart. Depuis l’ouverture en 2017 de la Seine Musicale, grand équipement culturel construit sur l’emplacement des anciennes usines Renault sur l’île Seguin, Laurence Equilbey dispose d’un auditorium, dont elle assure la programmation, avec son orchestre en résidence.

A lire aussi

 

Insula Orchestra se produit également à Aix-en-Provence, à Metz, à la Philharmonie de Paris, en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Souvent associé à des spectacles scéniques, créés par des metteurs en scène, des chorégraphes ou des compagnies théâtrales, autour d’une grande œuvre du répertoire classique, Insula innove en établissant des ponts entre différentes disciplines artistiques, ainsi que le souhaite Laurence Equilbey. La cheffe est toujours en recherche de nouvelles formules, respectueuses du patrimoine musical, mais ouvertes sur l’avenir et susceptibles d’attirer un public plus jeune.

Le choeur Accentus et Insula Orchestra dans l’Alleluia de Buxtehude (Philharmonie de Paris, 2015)

 

Cette démarche l’a conduite à créer la Fondation Insula Orchestra, en partenariat avec l’Institut de France, pour favoriser la transmission, le partage des ressources musicales et l’innovation par la création de productions pluridisciplinaires.

 

La réussite de Laurence Equilbey est un exemple pour les musiciens ayant l’esprit d’entreprise.

Créer en France son propre ensemble choral, puis son propre orchestre, est un défi qui pourrait effrayer ! Nul doute qu’il faut une sacrée capacité de travail et une ténacité hors du commun. Aux côtés d’Emmanuelle Haïm et son Concert d’Astrée, puis Raphaël Pichon et Pygmalion, Laurence Equilbey a tracé une voie. Pas seulement pour les femmes, encore très minoritaires dans les positions de responsabilité, mais pour tous les artistes qui ont l’esprit d’entreprise.

 

Philippe Hussenot

 

Découvrez plus d’artistes interprètes