Télétravail : il faut créer « un droit à la déconnexion » estime Laurent Berger

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, était l’invité de Renaud Blanc ce jeudi 12 novembre. Il estime que le télétravail « doit être encore plus généralisé pendant le confinement », tout en rappelant l’importance de l’encadrer avec notamment la création d’un « droit à la déconnexion ».

 

Laurent Berger estime qu’il faut « généraliser et encadrer le télétravail » pendant le confinement

Laurent Berger a commencé par porter la parole des militants CFDT de l’hôpital, qui selon lui « appellent à respecter les consignes car la situation est extrêmement dure ». Le secrétaire général de la CFDT a dit l’importance d’avoir une lucidité sur la situation sanitaire mais a rappelé qu’il faut aussi « traiter les conséquences économiques et sociales ». Selon lui, la situation est telle que nous n’avons aucune capacité de projection. « Cette incertitude provoque de l’angoisse qui se transforme en colère » a-t-il expliqué.

A lire aussi

 

Pour lutter contre l’épidémie du coronavirus, Laurent Berger a déclaré qu’il « faut encourager encore plus le télétravail ». Il a par ailleurs déploré que certaines entreprises ne le respectent pas totalement et ne contraignent pas leurs employés à le faire quand c’est possible. S’il veut un télétravail plus généralisé, le secrétaire général de la CFDT a aussi annoncé vouloir l’encadrer avec des mesures concrètes. Parmi ces mesures, il préconise par exemple « un droit à la déconnexion pour lutter contre l’intensification du travail ».

 

Vaccin obligatoire : Laurent Berger estime qu’un « débat est à mener »

Laurent Berger s’est dit frappé par « le manque de cohérence sanitaire ». « La fermeture des rayons dans les grandes surfaces au nom de l’équité n’a aucun impact sanitaire et a mis un peu plus de 10 000 salariés au chômage partiel » a-t-il déploré. Le secrétaire général de la CFDT s’est par ailleurs montré compréhensif concernant les choix restrictifs du gouvernement. Il n’a par exemple pas condamné la fermeture des petits commerces et s’est montré prêt à renoncer à Noël en famille si la situation l’impose. Toutefois, il a rappelé l’importance de respecter les consignes et les gestes barrières dès maintenant pour éviter tout cela.

A lire aussi

 

Sur le sujet du vaccin, Laurent Berger pense qu’il y aura « un débat à mener pour savoir s’il faut le rendre obligatoire ou non ». Il a également déclaré que l’Etat devra « prendre en charge le paiement de ces doses ». Enfin, le secrétaire général de la CFDT a rappelé l’importance des organisation syndicales, notamment dans les entreprises où les difficultés économiques sont les plus fortes. Il reproche au gouvernement « une trop grande verticalité », estimant que « les organisations syndicales et les collectivités territoriales devraient plus participer aux décisions politiques ».

Antoine Mouly

 

 

Retrouvez les interviews politiques