Sous-marins australiens : L’Union européenne ne soutiendra pas la France

Crise diplomatique entre la France et le bloc Etats-Unis, Royaume-Uni, Australie. Paris ne décolère pas après la rupture, jeudi dernier, du « contrat du siècle » . L’Australie a renoncé à acheter 12 sous-marins, pour 56 milliards d’euros. Un entretien téléphonique doit réunir Emmanuel Macron et le président américain Joe Biden dans les prochains jours.

La France est concurrente de l’Allemagne pour la vente de sous-marins, et de l’Italie dans l’industrie navale

Cet échange entre Emmanuel Macron et Joe Biden interviendra après le rappel par Paris des ambassadeurs français de Washington et Canberra. Et dans cette crispation des relations diplomatiques, la France semble ne pouvoir compter que sur elle-même. Car c’est une crise diplomatique, oui, mais seulement entre Paris, Washington, Londres et Canberra, ce n’est pas une question européenne, pour Patrick Martin-Genier, géopolitologue spécialiste de l’Europe à Sciences Po. « Il n’y aura pas de soutien des partenaires européens car cette crise diplomatique concerne des contrats signés exclusivement entre l’Australie et la France », explique-t-il. D’autant que l’Europe ne veut pas être embarquée dans une crise alors qu’elle est en train de négocier un accord de libre-échange avec l’Australie. « La France se retrouve assez isolée », poursuit Patrick Martin-Genier.

A lire aussi

 

Car être alliés n’empêche pas d’être concurrents, surtout en matière de matériels militaires. Jean-Sylvestre Mongrenier, spécialiste des relations internationales et de la défense indique que la France est concurrente de l’Allemagne pour la vente de sous-marins, et de l’Italie dans l’industrie navale : « Ces pays n’ont aucune raison d’épouser les positions françaises ! ». Le silence de nos voisins pose également la question de l’autonomie stratégique européenne. Car sur le plan militaire, la dépendance aux matériels estampillés Washington reste encore forte. Comme le prouve le récents choix de Berlin de s’équiper d’avions de chasse et de patrouilleurs américains, alors que des projets franco-allemands étaient en développement…

Eric Kuoch

 

Retrouvez l’actualité du Classique