Sécurité : Pourquoi les municipalités sont-elles les nouvelles cibles des pirates informatiques ?

istock

Des pirates informatiques s’en prennent de plus en plus aux administrations, selon le journal Le Monde.

1 million et demi de données ont été dérobées à l’APHP l’an dernier

Début 2016, 4 agents de la municipalité la ville de Vannes, en Bretagne, ont ouvert un courriel corrompu. Résultat : un virus a infecté tout le système informatique de la ville. C’est la même chose à la Jarne, en Charente ou à Saint-Affrique dans l’Aveyron. Une question revient : qu’est-ce qu’il y a à voler dans les municipalités ? S’il n’y a pas d’argent, il y a des datas comme des numéros de sécurité sociale, des coordonnées bancaires, des adresses postales… Et les conséquences sont ubuesques. Une sénatrice raconte avoir été saisie par une personne qui en était à son 52ème PV pour des infractions qu’elle n’avait pas commis. On imagine les dégâts aussi lorsque Le Monde nous rapporte qu’un million et demi de données ont été dérobées à l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris l’an dernier. Un million et demi de personnes avaient en fait effectué un test de dépistage du Covid.

A lire aussi

 

Le gouvernement considère désormais les piratages comme une question de sécurité nationale. La crainte principale est l’atteinte aux réserves d’eau potable ou pourquoi pas le contrôle des feux de signalisation dans les grandes villes. En attendant la riposte, les démarches en lignes sont terminées. A Bobigny, les habitants doivent désormais se rendre au guichet pour obtenir un acte de naissance ou de décès. Pas question pour la mairie de payer la rançon de 4 millions d’euros demandée par les pirates.

Marc Bourreau

Retrouvez la Revue de presse