Reconfinement : Et si les Français ne voulaient plus se soumettre ?

Comme une odeur de défiance dans les journaux et dans la rue … Le Figaro titre sur ces manifestations qui montent en Europe contre les restrictions. Au Pays-Bas l’annonce du couvre-feu a provoqué des manifestations d’abord pacifiques puis des émeutes. En Italie ou en Pologne, des restaurateurs révoltés du Covid-19 défient l’interdiction d’ouvrir. La lutte contre le fléau a-t-elle des conséquences pires que le fléau ?

Covid-19 : place à la « Trêve des confineurs » d’après Vincent Tremolet de Villers

Dans son édito, Vincent Tremolet de Villers parle de « trêve des confineurs ». Le Professeur Delfraissy, qui faisait hier la une de Libération affirmait « on est pas à une semaine près ». Alors Macron prend son temps et « reste dans le flou » d’après les dernières nouvelles d’Alsace. Le Président de la République, auquel le conseil scientifique lui met sous le nez des chiffres pessimistes ou optimistes depuis des mois, n’est pas pressé, et comment le lui reprocher poursuit l’éditorialiste du Figaro

A lire aussi

Macron est Président de la République, pas président du conseil scientifique, ce qui explique qu’il scrute le bien commun. Libération fait la une sur les 57% qui n’ont plus confiance dans le Président, c’est le virus de la défiance qui pourrait bien persuader le gouvernement de prolonger la fameuse trêve des confineurs.

 

Reconfinement : Le spectre de la désobéissance civile menace !

Reconfiner c’est à nouveau sacrifier l’économie quand une partie de la société demande plus de liberté. Il faut dire que l’entourage du président commence à émettre des inquiétudes sur la volonté de Français à obéir. Dans le Parisien du jour, vous lirez ceci de la bouche de membres de l’équipe gouvernementale : « les gens peuvent péter les plombs si on laisse penser qu’on va fermer les écoles », « qu’est-ce qu’on fait si les coiffeurs refusent de fermer ? On leur envoie des milliers de petits Darmanin ? », « si on dit aux gens de ne pas sortir et qu’ils sortent quand même on sera désarmés ».

A lire aussi

 

Le spectre de la désobéissance civile menace ! Dans les Echos, Cécile Cornudet explique que le Président ne s’en remet plus seulement aux chiffres parfois incertains des autorités sanitaires. Il fait de la psychologie. Face au virus, Macron a des marqueurs politiques et non plus seulement scientifiques : école ouverte autant que possible, le soutien aux étudiants malgré l’attention portée aux ainés, éviter les replis européens malgré les cordons sanitaires. Prendre son temps donc et marteler le message du gouvernement : nous ne sommes pas des idéologues de la privation de liberté. Il va falloir le démontrer.

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique