Récompense : le projet Démos honoré au Japon

C’est un beau cadeau que les jurés du 31è Praemium Primordiale, organisé par la Japan art association, ont offert ce matin au dispositif Démos qui fêtera dans quelques mois son 10èmeanniversaire. Ce Prix d’encouragement pour les jeunes artistes récompense le formidable travail des initiateurs et responsables d’une initiative qui permet à des milliers de jeunes issus de quartiers défavorisés ou de zones rurales d’étudier la musique et de jouer au sein d’orchestres symphoniques.

Démos, troisième institution française récompensée

Le Praemium Imperiale est un concours qui récompense chaque année, depuis 1989, des artistes internationaux « pour leurs réalisations artistiques, leur rayonnement international et parce qu’ils ont contribué, par leur œuvre, à enrichir l’humanité ». Cette année, les prix ont été annoncés à l’Institut  de France à Tokyo et remis par le prince Masahito de Hitachi, parrain d’honneur de la Japan Art Association. À l’occasion de la remise des prix, ont été récompensés : la célèbre violoniste allemande Anne-Sophie Mutter (catégorie Musique), l’artiste anglo-palestinienne Mona Hatoum (Sculpture), le plasticien sud-africain William Kentridge (peinture), les architectes américains Tod Williams & Billie Tsien (architecture) et le metteur en scène japonais Bando Tamasaburo (théâtre/Cinéma). Et c’est le Prix d’encouragement pour les jeunes artistes (doté de 43 000 €) qui a récompensé le projet Démos. C’est  la 3è fois, depuis la création de cette distinction en 1997 que des institutions françaises sont récompensées, après la Résidence du Festival de Cannes (Cinéfondation) en 2001 et la fondation franco-béninoise Zinsou en 2014.

Démos, une démarche artistique et sociale

Démos (Dispositif d’Éducation Musicale et Orchestrale à vocation Sociale), initié par Laurent Bayle, directeur général de la Philharmonie de Paris, en 2010 est un projet de démocratisation culturelle centré sur la pratique musicale en orchestre. Ce projet à dimension nationale est destiné à des enfants (7 à 12 ans) habitant des quartiers relevant de la politique de la ville, ainsi que dans des zones rurales insuffisamment dotées en institutions culturelles. Il agit là où l’accès à l’éducation artistique et culturelle est rendu difficile en raison de facteurs économiques et sociaux ou de l’éloignement géographique des structures d’enseignement. Démos a pour but d’enrichir le parcours éducatif des enfants, de favoriser la transmission du patrimoine classique et de contribuer à leur bonne insertion sociale. Après une première phase d’expérimentation circonscrite à l’Île-de-France (2010-2012), puis une deuxième (2012-2015) comptant 2 départements supplémentaires (l’Aisne et l’Isère), le projet dans sa phase actuelle (2015-2019) vise un déploiement sur l’ensemble du territoire national. Il bénéficie du soutien de l’État et de nombreuses collectivités territoriales et de mécènes. Outre son rôle de coordinateur national, la Philharmonie de Paris est l’opérateur de Démos en Île-de-France. Les opérateurs dans les autres régions sont des établissements publics, des orchestres, des structures à caractère social ou des conservatoires. Près de 4 000 jeunes sont concernés au travers de 38 orchestres symphoniques dans toute la France. L’objectif est le développement de 60 orchestres d’ici à 2022.

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique