Performance: Il joue du piano suspendu à 60 mètres du sol

Le pianiste suisse Alain Roche a inventé en 2013 le concept du piano vertical et en altitude. Depuis, il se produit plus près des étoiles dans le monde entier. Vendredi dernier, au lever du jour, le public a pu l’admirer, suspendu à 60 mètres au-dessus du site de construction de la nouvelle salle de concert de Munich.

 

L’énergie et la magie de l’heure bleue

Quand certains jouent du piano debout, d’autres jouent dans des endroits improbables. C’est le cas d’Alain Roche qui donne des concerts sur un piano vertical suspendu le plus souvent à une cinquantaine de mètres d’altitude. En fin de semaine dernière à Munich, suspendu dans le vide à l’aide d’une grue à 60 mètres de haut « assis » à son piano vertical, le pianiste suisse avait convié les spectateurs, installés sur des chaises longues, pour leur offrir un concert haut-perché à 6h30 du matin. L’aube, un moment crucial pour Alain Roche : « Pour moi, l’heure bleue, c’est capital dans ce projet car c’est important d’amener les gens dans une situation où on peut passer de l’obscurité à la lumière. L’heure bleue du matin a quelque chose de magique, il y a quelque chose d’énergisant ».

 

 

Alain Roche : « Regarder les choses d’une autre manière »

Pianiste (et hautboïste) de formation classique, Alain Roche s’est très vite tourné vers la musique contemporaine en tant que compositeur et c’est sa rencontre avec la danseuse et chorégraphe Stephanie Boll, avec laquelle il a fondé une compagnie, qui l’a conduit à imaginer des formes de spectacles modernes et innovantes. C’est ainsi, qu’en 2013, il développe son projet « Piano vertical ». Avec une équipe de spécialistes (ingénieurs, chorégraphes, techniciens, régisseurs…), il élabore un concept de performance inédit à partir du système de clavier vertical, inventé par le pianiste Fernand Kummer. Un procédé mécanique qui permet aux marteaux de frapper les cordes avec la même précision que lorsque le piano est dans sa position habituelle.  « L’idée, c’est de renverser les codes » raconte le musicien. « Donner un autre regard sur des choses qu’on a l’habitude de voir simplement. On a mis un piano à la verticale pour se dire qu’on peut regarder des choses d’une autre manière ». 

Alain Roche se produit la plupart du temps sur des chantiers qui lui permettent d’utiliser de hautes grues. Depuis 7 ans, on a pu admirer ses performances matinales et verticales dans le monde entier, de Genève à Pékin en passant par Vienne et même en France à Chamonix pour le festival Cosmojazz en 2013, à Saran (45) en 2014 et à Clermont-Ferrand en 2017.

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique