Nautisme : Malgré le Covid, le secteur a le vent en poupe !

L’année dernière, la filière nautique redoutait le pire en assistant à une baisse des clients, des salons nautiques ainsi qu’une production totalement désorganisée…Cette année, en dépit des confinements et des perturbations qui se sont poursuivies, la demande est repartie très nettement à la hausse, le chiffre d’affaires de l’industrie sera sans doute supérieur à celui d’avant la crise en repassant la barre des 5 milliards et demi d’euros.

Bénéteau, Fountaine Pajot, ces poids lourds français de la construction nautique.

Deux raisons expliquent cette « envie de bateau » durant l’été. La première étant que les Européens ont voyagé moins loin cette année. Les ménages aisés qui ont moins dépensé en voyage, ont cherché à se faire plaisir autrement : en voilier ou avec un semi-rigide à moteur. En période de pandémie, l’envie de s’entasser sur une plage ou dans un club de vacances ne fait plus rêver. En dépit de la crise sanitaire, il n’y a pas eu de crise économique. La croissance était là, le pouvoir d’achat a progressé et le nautisme est une activité qui a le vent dans le dos quand la météo de l’économie est bonne.

A lire aussi

 

 Le Cannes Yachting Festival avait le sourire ce week end

Le nautisme représente plus de 40.000 emplois directs en France qui travaillent à 80% pour l’exportation. C’est une industrie qui reste tout de même relativement cyclique. Il faut d’abord que le climat économique se porte bien car un yacht ou un catamaran n’est pas indispensable. Ensuite il faut que ce climat soit également favorable ailleurs puisqu’il existe une forte exportation dans ce domaine. Si la vente de bateaux se porte bien aujourd’hui, demain beaucoup pourraient se retrouver sur le marché de l’occasion, ce qui aurait une influence sur les prix et la production de nouveautés. Enfin comme toutes les industries, le nautisme est aujourd’hui pénalisé par des pénuries de composants et la hausse des prix de certaines matières premières. Le ciel est tout de même globalement dégagé et les professionnels qui se réunissaient jusqu’à hier avec leurs clients fortunés au célèbre Cannes Yachting Festival, avaient le sourire même si un capitaine doit toujours rester vigilant.

David Barroux

 

Retrouvez le Décryptage Economique