Napoléon Ier a rétabli l’esclavage : Faut-il commémorer le bicentenaire de sa mort ?

Louis-Georges Tin président d’honneur du Cran (Conseil Représentatif des Associations Noires) et l’historien Olivier Le Cour Grandmaison estiment dans une tribune au Monde qu’en commémorant Napoléon Ier mort il y a deux siècles, Emmanuel Macron risque d’accentuer la fracture morale et politique entre ceux qui se refusent à célébrer le responsable du rétablissement de l’esclavage et ceux qui passent outre.

Napoléon est comparé au maréchal Pétain

Pour Louis-Georges Tin et Olivier Le Cour Grandmaison, Napoléon est le fossoyeur de la République, il a rétabli le Code Noir, il est comparable à Philippe Pétain auquel on peut certes reconnaître des mérites durant la Première guerre mondiale mais qu’on ne saurait commémorer. Pour les auteurs de la tribune, le 5 mai 2021 sera donc un jour de commémoration pour certains et un jour de honte nationale pour d’autres, qui marquera un crime contre l’humanité pour les noirs.

 

A lire aussi

 

Le 5 mai concluent les auteurs, « si Macron persiste à penser que Napoléon qui a rétabli l’esclavage est digne d’être commémoré, nous estimons pour notre part que le 10 le président ne sera plus digne de célébrer l’abolition de l’esclavage et nous lui demandons solennellement de s’en abstenir ». Voilà, clairement une entreprise de déboulonnage qui se sert d’une figure politique du passé pour interpeller une figure politique du présent. L’historienne Nathalie Petiteau prend le contrepied de cette prise de position et s’interroge : pourquoi vouer Napoléon aux gémonies alors qu’il a agi en homme de son temps. Les débats du temps présent montent la nécessité de commémorer l’empire plutôt que célébrer l’empereur…

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique