Les séries américaines sont-elles des « armes de déconstruction massive » au service d’une idéologie ?

La place des séries continue d’augmenter dans le quotidien des français. Selon l’institut Médiamétrie, 2/3 des français regardent une série au moins une fois par semaine, pour 40% d’entre eux, c’est une activité quotidienne et ce chiffre est encore plus important dans la tranche des 18-34 ans. Les géants de l’industrie comme Netflix attirent de plus en plus de consommateurs sur leur plateforme, et chaque mois, plus de 19 millions de français s’y connectent.

Selon Marianne, une série américaine est un « rouleau compresseur idéologique »

Chacun ses goûts en ce qui concerne le divertissement, pourriez-vous penser … Sauf que, selon Marianne, qui consacre 12 pages à ce phénomène, ces séries seraient des « armes de déconstruction massive » qui « portent en elles des valeurs et des codes de conduite qui modifient notre imaginaire ». Rien que ça ! Dans ce long dossier, il est question de stratégie d’inclusion, de communautarisme, de quotas et d’idéologie « Woke ».

A lire aussi

 

Marianne considère le monde de la série comme un véritable « rouleau compresseur idéologique » et donne l’exemple, parmi d’autres, de la célèbre série américaine des années 1970 « Kung Fu » dont la nouvelle version, 50 ans plus tard, a évolué selon le magazine au gré des diktats du politiquement correct des campus universitaires américains. Ainsi le héros d’origine, moine shaolin métis sino-américain interprété par David Carradine, un acteur blanc, est désormais accusé de « yellowface » pour avoir porté du maquillage et des prothèses afin de correspondre aux traits asiatiques du personnage. Dans la nouvelle version, lancée l’an dernier, c’est une actrice d’origine chinoise qui tient le rôle principal du petit scarabée dont la mission est de combattre la haine anti-asiatique. On est donc bien loin du personnage qu’avait imaginé Bruce Lee qui voulait à l’époque diffuser la philosophie des arts martiaux.

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique