La Revue de Presse du jour – 18/04/2019

Chaque matin, Michel Grossiord décrypte l’actualité et vous partage sa Revue de Presse

La revue de presse… Emmanuel Macron, le retour… Mais comment et quand ? Les journaux s’interrogent…

Difficile désormais de dire quand le Chef de l’Etat reprendra la parole pour tirer les conclusions du grand débat, admet Le Figaro…
Ce sera « en temps voulu », dit-on à l’Elysée, ce qui c’est vrai ne nous avance guère…
Le dispositif (allocution + conférence de presse) va être réajusté… Comme les mesures ont intégralement fuité dans la presse, tout est à revoir en fait…
Emmanuel Macron cherche à rebondir, précise Le Monde. Ce sera sans doute après le week-end de Pâques… D’ailleurs, va-t-il assister à une cérémonie religieuse ? L’archevêque de Paris, Monseigneur Aupetit a rappelé au Chef de l’Etat que « le mot catholique n’est pas un gros mot »…
« La vie politique reprendra très bientôt ses droits, j’en suis sûr », a lâché Edouard Philippe au sortir du conseil des ministres hier…

Mais ce qui a fuité des mesures pourrait être complété…

Emmanuel Macron a déclaré aux ministres qu’il restait ouvert à de nouvelles propositions de leur part… certaines faisant déjà débat comme la suppression de l’ENA…
Sujet à la Une de Libération qui évoque un requiem et du Figaro qui trouve (aussi) qu’accuser l’ENA est un raccourci un peu facile…
Concession au populisme, au poujadisme ambiant. Désignation de boucs émissaires ce que refusent d’être les hauts fonctionnaires et les élèves de Strasbourg…
Prises de paroles nombreuses dans l’enquête du Figaro et de Libération: l’ENA est défendu en tant que temple républicain de la méritocratie (dont on peut certes encore améliorer la diversité sociale), temple républicain où, lit-on, le mot d’ordre appris dès les premiers jours d’études est PDVMVPDV….

En langage non énarchique, ça signifie quoi ?

Pas de vagues, mon vieux, pas de vagues…

Des vagues il y en a ce matin : Le Midi Libre aussi s’insurge… contre l’idée de supprimer l’ENA : « Supprimer une élite, c’est abaisser le niveau d’ensemble », écrit Yann Marec. « Nous viendrait-il l’idée d’éliminer HEC pour le commerce ou d’éradiquer le Raid pour la sécurité intérieure, deux fleurons tricolores ? »
« Sale temps pour les intelligents, et les riches ! », poursuit l’éditorialiste du Midi Libre. « Un milliardaire qui donne, c’est mal de nos jours, il faut douter de sa sincérité, surtout qu’il va bénéficier d’une réduction d’impôts conséquente. Mais s’il y renonce, c’est louche encore… »

La polémique sur les dons pour reconstruire Notre-Dame fait certains gros titres…

« Il est venu le temps des polémiques… » constate La Provence… qui évoque un pognon de dingue, le milliard d’euros déjà versé, somme mise en avant par La Dépêche…
Polémique en Une… De L’Humanité, pour qui l’argent des riches s’invite dans le débat…
Mais aussi du Courrier Picard : « Une générosité qui interpelle »
Mais la tonalité générale, c’est quand même de regretter qu’après l’émotion, l’unité nationale se fissure déjà (comme l’écrit Var Matin pour qui les inquisiteurs de tous bords se trompent de combat)
Le Parisien dénonce pareillement les grincheux à la vue courte… La Voix du Nord et Les Dernières nouvelles d’Alsace soulignent qu’il n’y a rien à voir entre les besoins d’un chantier de restauration et l’amélioration du pouvoir d’achat des Français…
A propos du pouvoir d’achat des Français, si tout ne va pas bien, Les Echos mentionnent 850 euros de plus par ménage en 2019… L’Observatoire français des conjonctures économiques a calculé que la moitié de cette hausse proviendra des mesures décidées en décembre en réponse aux gilets jaunes…
Il s’agira de la plus forte augmentation du pouvoir d’achat depuis 2007…

Mais le porte-monnaie des plus aisés est toujours regardé d’un sale œil…

Le journal L’Alsace de déplorer qu’en France gagner de l’argent est vu comme un délit…
Les donateurs les plus fortunés ont donc droit à un procès d’intention… du seul fait de leur richesse…
Une polémique qui, pour La République des Pyrénées, révèlent les maux qui minent notre pays, les passions tristes : jalousie, mépris, ressentiment, haine…

L’argent, l’argent… On l’évoque à toutes les pages…

A la page des sports aussi…
Et même à la Une de L’Union de Reims au sujet des clubs sportifs sans le sou…
Faut-il que ces derniers bénéficient de la manne des viticulteurs et des brasseurs, interdits aujourd’hui de parrainage sportif par la loi Evin ?
La députée LR de Reims, Valérie Beauvais, vient de déposer une proposition de loi sur le parrainage sportif…
L’Union a interrogé des présidents de clubs sportifs de Reims (foot, athlétisme, basket…) et vous savez quoi ? ils sont pour l’argent de l’alcool, . L’un d’eux explique qu’il a dû réduire la voilure, au point de laisser partir des athlétes et de louer désormais des gites ruraux lors des déplacements, moins chers que des chambres d’hôtels…
Ca n’est pas forcément moins confortable, un gîte…
L’argent ne vient pas à manquer au PSG… qui nous offre une farce comme fin de saison, se lamente Le Parisien… Les stars millionnaires ont reçu la fessée à Nantes cette fois, ce qui retarde encore le titre de champion de France… La peur du bide, écrit L’Equipe
Le Parisien dénonce des chiffres indignes du futur champion : pas les zéros sur les feuilles de paie, les chiffres des contre-performances sportives…
10. Il faut remonter à 1985 pour trouver trace d’une addition de 10 buts encaissés en trois rencontres.

 

Michel Grossiord