La Philharmonie rend hommage à Pierre Henry

Du 20 au 24 novembre, la Philharmonie de Paris célèbre le pionnier de la musique concrète disparu en juillet 2017. Concerts, visite de son studio reconstitué, spectacles et rencontres interactives sont au programme de ce week-end Pierre Henry.

 

Une salle Pierre Henry au Musée de la musique 

Décédé le 5 juillet 2017 à l’âge de 89 ans, Pierre Henry avait laissé un héritage professionnel inestimable, constitué, notamment, de bandes sonores (près de 15 000 ), d’instruments extravagants et autres systèmes sonores (dont 89 haut-parleurs), sortis de son imagination qui cohabitaient dans le studio expérimental de sa maison (« La maison des sons ») du 12earrondissement de Paris. Malheureusement, un peu plus d’un an plus tard, le terrain ayant été acquis par un promoteur immobilier, il fallut vite trouver un lieu pour entreposer ce trésor du patrimoine musical français – ce qui fut fait avec la mise à disposition d’un local près de l’Opéra Bastille et au sein de la BnF – mais également permettre au grand public d’avoir accès à l’univers hyper-créatif et novateur du musicien. C’est donc avec bonheur et fierté qu’Isabelle Warnier-Henry et Bernadette Mangin, son épouse et sa plus proche collaboratrice, ont souscrit à l’initiative de la Cité de la musique (où il donna son dernier concert en janvier 2016), a ouvert début octobre un espace Pierre Henry, dans lequel a été reconstitué son studio Son/Ré, qui termine le parcours du Musée de la musique.

 

 

Un week-end dans l’univers musical de Pierre Henry

Un mois et demi plus tard, c’est la Philharmonie de Paris qui propose du 20 au 24 novembre un « week-end Pierre Henry ». Au programme, des concerts inédits avec, bien entendu, l’incontournable « Messe pour le temps présent » dans la chorégraphie de Béjart et Hervé Robbe mais dans une version remixée, ainsi que « Le Carnet de Venise » créé en 2003 lors de la Folle journée de Nantes, en 1ère audition à Paris. Toute en démesure, sa 10e Symphonie (hommage/déconstruction des 9 symphonies de Beethoven, créée en 1979), interprétée samedi soir par deux orchestres, deux chœurs dirigés par trois chefs d’orchestre. Autour de ces représentations musicales, des « spectacles en famille » au cours desquels petits et grands seront conviés à partager la composition, en direct par 3 musiciens, d’œuvres inspirées des sonorités imaginées par Pierre Henry. Des rencontres avec le chorégraphe Hervé Robbe, Thierry Maniguet, conservateur du Musée de la musique, Bernadette Mangin, l’assistante musicale de Pierre Henry et Isabelle Warnier, veuve de Pierre Henry, ex-danseuse et directrice de l’association Son-Re (sauvegarde et de rayonnement du Fonds musical de l’œuvre de Pierre Henry) ainsi que des discussions avec des spécialistes autour de l’œuvre du génial compositeur.

 

Le programme du week-end Pierre Henry à la Philharmonie de Paris 

 

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique