George Floyd, Adama Traoré, Regis Korchinski-Paquet : les tensions raciales en Une de vos journaux

Le Daily Mail s’est intéressé à la manifestation d’hier contre les violences policières et à la mémoire d’Adama Traoré. Le tabloïd anglais se serait-il intéressé à ce rassemblement interdit par la préfecture si les Etats-Unis n’était pas au prises les émeutes provoquées par la mort de George Floyd ? Peut-être pas.

 

« George Floyd/Adama Traoré même combat ? » s’interroge Le Parisien-Aujourd’hui en France

Le Daily Mail cité par Courrier International parle ainsi de 20 000 manifestants dénonçant “l’injustice raciale et les tactiques policières brutales ». « La police antiémeutes a tiré des gaz lacrymogènes », poursuit-il, « alors que des manifestants les bombardaient de débris et mettaient le feu devant le tribunal de Paris tandis que l’indignation mondiale suscitée par la mort de George Floyd dans le Minnesota rallumait les frustrations au-delà des frontières et des continents ». Et Le Parisien-Aujourd’hui en France pose la question qui fâche. George Floyd/Adama Traoré même combat ? Pour la sœur d’Adama Traoré, le lien est évident : « Georges Floyd a pris le poids de policiers sur le corps, mon frère aussi. Le poids de trois gendarmes c’est plus de 250 kg. Tous les deux ont eu les mêmes mots avant de mourir : je n’arrive pas à respirer ».

 

A lire aussi

 

Et le quotidien décrit la marée humaine banlieusarde et multiculturelle qui s’est donné rendez-vous hier soir devant le tribunal de Paris dans le 17e arrondissement. Moyenne d’âge 25 ans, des garçons autant que des filles, de couleur noire en majorité. Assa Traoré armée d’un mégaphone harangue la foule déjà convaincue et plante le décor : « il est impossible de marcher dans les rues de Paris sans penser désormais à George Floyd et à tous ceux qui sont tombés à cause de la violence des policiers là-bas comme en France. Nous sommes ici parce que la justice est complice des violences des forces de l’ordre. Ici une juge couvre les gendarmes qui sont impliqués dans la mort de mon petit frère ». Des personnalités comme Olivier Besancenot ou Adèle Haenel se fraient un chemin jusqu’au premier cercle du collectif regroupé autour d’Assa Traoré.

 

 

Aux Etats-Unis, 1000 personnes sont tuées chaque année par un représentant de l’ordre

Au cœur de la colère de la famille, une bataille d’experts sur les causes de la mort du jeune homme. Un professionnel mandaté par la famille explique la mort par un syndrome asphyxique faisant suite au placage ventral pratiqué par la police tandis qu’une expertise judiciaire rendue en fin de semaine dernière exonère les gendarmes de toute responsabilité. Alors la police française est-elle violemment raciste, comme ça l’est reproché à celle des Etats-Unis ? Le Parisien-Aujourd’hui en France convoque les statistiques. Outre-Atlantique 1000 personnes sont tuées chaque années par un représentant de l’ordre, ce n’est absolument pas comparable avec la France, explique l’historien de la police Jean-Marc Berlière, le rapport est de 1 à 40.

 

 

A lire aussi

 

Mais surtout les hommes noirs ont représenté aux Etats-Unis 23 % des personnes tuées par la police contre 12 % en France, souligne Mathieu Zagrodzki, auteur d’une thèse sur la police. S’il compare la tradition ségrégationniste américaine avec le passé colonialiste de la France, il estime que la polarisation raciale est plus forte aux Etats-Unis qu’en France. Mais Libération cite le défenseur des droits qui la semaine dernière dénonçait un cas de discrimination systématique policière dans le 13e arrondissement, discrimination à l’encontre d’un groupe de jeunes habitants noirs et arabes. Des pratiques de contrôles demandées par la hiérarchie sur les même jeunes gens, -qualifiés par ailleurs sur les registres de main courante d’indésirables-des contrôles exercés souvent en dehors du cadre légal.

 

Au Canada, la famille de Regis Korchinski-Paquet accuse la police d’avoir poussé la jeune femme du 24ème étage

 

Sur le même sujet, la mort au Canada d’une jeune femme noire met les autorités sur la sellette. Une dispute familiale dans un appartement de Toronto, une intervention de la police, une jeune femme de 29 ans, Regis Korchinski-Paquet et c’est le soupçon et la famille de la victime qui est persuadée que les policiers ont poussé la jeune femme du balcon du 24e étage. Depuis la semaine dernière les manifestations se succèdent à Toronto, Ottawa et à Montréal, et au Canada aussi on redoute, comme aux Etats-Unis, un risque d’embrasement.

 

 

A lire aussi

 

Alors dans toute la presse vous lirez ce matin des tribunes et des articles focaliser votre attention sur la gestion de la crise politique et des émeutes par Donald Trump : « Trump choisit la force » titre Le Monde, Trump attise la colère américaine. Trump a le dos large, toutes les grandes démocraties ont un sujet quand ce n’est pas un problème avec leur minorités ethniques. Peut-être en entendrez-vous parler dans les journaux dans les jours qui viennent lorsque nous aurons saisi un peu de notre reflet dans le miroir américain.

 

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique