Environnement : Emmanuel Macron hésite entre écologie et économie

Emmanuel Macron est en Une du Dauphiné, du Procès et de Vaucluse Matin, pour parler d’écologie et annoncer le conseil de défense écologique qui se tient aujourd’hui sur le Mont-Blanc.

 

Emmanuel Macron avec les couettes de Greta Thunberg en Une de l’Opinion

Emmanuel Macron premier de cordée écologique également à la une du Parisien-Aujourd’hui en France qui titre sur Le défi écolo de Macron. Le chef de l’état annoncera donc une série de mesures pour la protection de l’environnement. « Macron l’écolo » toujours en Une de l’Opinion qui lui a dessiné les couettes de Greta Thunberg. Emmanuel Macron hésite entre écologie et économie, laquelle de ces deux nattes doit-il privilégier ? C’est toute la difficulté de l’arbitrage.

 

A lire aussi

 

Dans les colonnes du quotidien régional Le Dauphiné, le président se livre d’abord à un exercice de sensibilisation et de pédagogie quand les journalistes lui montrent une photo de la mer de glace sur le Mont Blanc, qui rétrécit comme peau de chagrin. «Cette photo », réagit Macron, « montre la fragilité de la nature face à une histoire qui s’accélère. Cette fragilité c’est une première dans l’histoire de notre planète et l’homme en accélère désormais le processus. Alors on fait quoi ? ».

 

Le nucléaire est une chance historique, selon Emmanuel Macron

Le Président défend sa politique : la fermeture de 4 centrales à charbon d’ici 2022, la montée des énergie renouvelables sans abandonner le nucléaire. Au contraire, Emmanuel Macron a cette formule qui fera bondir certains « Le nucléaire est une chance historique qui est la production non intermittente la plus décarbonée au monde ».

 

 

Emmanuel Macron promet également de réduire les pesticides de 50 % d’ici 2025, de prendre des initiatives sur les petites lignes ferroviaires dans les semaines qui viennent. Il affirme aussi ne pas croire à la décroissance mais plutôt aux mesures concrètes. Bref il défend une transition qui ménage les inquiétudes et les impatiences, je crois que ça s’appelle faire du En même temps, du Macron donc.

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique