Elevage d’insectes : Une ferme verticale de 36 mètres de haut sera construite dans la Somme

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation mais aussi Cédric O, secrétaire d’état chargé de la Transition numérique se sont rendus à Amiens pour la pose de la première pierre de la ferme verticale d’Ynsect, une start-up française spécialisée dans l’élevage d’insectes pour l’alimentation animale, un secteur en train de décoller en France.

La ferme produira 100 000 tonnes de protéines d’insectes et d’engrais

Ynsect a levé l’an dernier 372 millions de dollars, notamment pour sa ferme verticale de Poulainville, une usine de 36 mètres de haut, ultra automatisée et dédiée à l’élevage de vers de farine « transformés au stade larvaire en protéines pour nourrir les animaux, les poissons (…) leurs excréments sont récupérés au fur et à mesure de l’élevage pour en faire des engrais organiques » comme le précise Antoine Hubert, président et cofondateur d’Ynsect.

A lire aussi

 

 

La ferme va produire 100 000 tonnes, 1/3 protéines, 2/3 engrais pour l’alimentation animale. La start-up vise deux marchés majeurs, la pisciculture et la petfood, la nourriture pour chiens et pour chats. L’avantage de ces protéines d’insectes, ce sont leurs qualités nutritionnelles : « quand on intègre notre produit à hauteur de 10 à 30% de l’aliment on a des bénéfices uniques, une réduction de la mortalité forte, une accélération de croissance (…) c’est un produit premium qui permet de faire plus avec moins » déclare Antoine Hubert.

 

L’Union Européenne vient d’autoriser la mise sur le marché d’insectes en tant qu’aliments

L’entreprise Ynsect n’est pas seule sur ce marché, Innovafeed, autre start-up française, a lancé en ce début d’année sa production de farine d’insectes dans la Somme. C’est à ce jour la plus grande usine au monde. Innovafeed mise sur les larves de mouches et vient d’annoncer un partenariat avec le géant américain de l’alimentaire Cargill pour utiliser une huile d’insectes afin de nourrir 20 millions de porcs d’ici 2026. Innovafeed va par ailleurs ouvrir sa prochaine usine aux Etats-Unis. Le potentiel est immense, selon Clément Ray, cofondateur et président d’Innovafeed : « la nourriture pour poisson représente 120 millions de tonnes au niveau mondial et cela sera des dizaines d’usines dans les années à venir ».

A lire aussi

 

 

Ces farines d’insectes sont une alternative aux farines de poissons utilisées dans la pisciculture, ou d’autres protéines comme le soja qui sont utilisées massivement pour nourrir le bétail. Ces protéines sont plus durables mais ne suffiront pas à remplacer le soja par exemple dans la nourriture animale, cependant, les protéines d’insectes peuvent jouer un rôle de plus en plus important dans la nourriture humaine, alors que l’Union Européenne a autorisé pour la première fois la mise sur le marché de ces insectes en tant qu’aliments.

Baptiste Gaborit

Retrouvez l’actualité du Classique