Covid-19 : Omicron booste l’intérim

istock

Des millions de Français ont repris le travail en ce début d’année. Un moment délicat sur le plan sanitaire alors que le variant Omicron progresse et que le nombre de contaminations dépasse les 200 000 par jour. Pour éviter un ralentissement de leur activité, certaines entreprises ont pris les devants et misent sur l’intérim.

Avec les soldes d’hiver dans 10 jours, pas question de se retrouver le bec dans l’eau

Ce mois de janvier 2022 est un moment délicat surtout pour les secteurs où le télétravail est difficile ou impossible, ce qui représente deux tiers des salariés en France. Face à la crainte d’une nouvelle paralysie de l’économie, le gouvernement a annoncé de nouvelles aides : la prise en charge du chômage partiel à 100% pour les entreprises ayant perdu 65% de leurs chiffres d’affaires et l’accélération des remboursements des coûts fixes. Néanmoins, nombre d’entreprises n’ont pas attendu ces annonces. Beaucoup ont anticipé et pour pallier le risque d’un coup de frein, dû aux arrêts maladies pour Covid, elles misent sur l’intérim. Qapa, une agence d’intérim en ligne, croule sous les demandes. Cyril Toursel, responsable commercial, explique que c’est du jamais vu : « entre 20 et 25% de commandes en plus sur les derniers jours ».

A lire aussi

 

L’augmentation massive des arrêts-maladie ces dernières semaines a chamboulé les effectifs des entreprises. L’Intérim est donc une solution pour poursuivre l’activité dans les secteurs en tension, en cette période, comme dans la grande distribution ou la logistique. Avec les soldes d’hiver dans 10 jours, hors de question de se retrouver le bec dans l’eau. Entre novembre et décembre 2021, Le nombre d’arrêts maladies avait été multiplié par sept. Alors avec des chiffres de contaminations quatre fois supérieur, aujourd’hui, la crainte d’une paralysie des entreprises est bien réelle. Pour autant, le raz-de-marée n’aura pas lieu, prédit Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa : « les mesures pour limiter le confinement des personnes en arrêt-maladie vont limiter l’impact des absences. Il ne s’agira pas d’un tsunami, mais plutôt d’une grosse vague ». Il y a 4 millions et demi de candidats à l’intérim chez Qapa, alors ils l’assurent, même si vague il n’y a, ils ne paniquent pas… pour le moment.

Eric Kuoch

Ecoutez le reportage d’Eric Kuoch :

 

Retrouvez les Infos du jour