Comment nos rêves ont-ils changé pendant le confinement ? Une étude pose la question

Le confinement dû à l’épidémie de coronavirus a-t-il influencé les rêves des Français ? Perrine Ruby, chargée de recherche au Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon s’est posé cette question. Depuis le 17 mars, soit quelques jours après le début du confinement, elle a lancé, avec ses collaborateurs, une large étude sur le contenu et la fréquence des rêves.

Ecoutez Perrine Ruby, du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon

 

La mort, la maladie, l’hôpital sont des thématiques très présentes dans les rêves

Les premiers résultats sont sans appel : les gens se souviennent beaucoup plus de leurs rêves depuis le début de cette période … Mais surtout, cela a permis de mettre en exergue le rôle indispensable des rêves en ce moment, à travers leurs contenus.

 

A lire aussi

 

 

Le rêve permet d’exprimer les angoisses et les émotions négatives liées à l’épidémie de coronavirus, et à la contrainte du confinement, explique Perrine Ruby.  Les notions d’enfermement, d’étouffement, de la maladie ( la sienne ou celle de ses proches), de la mort,et de l’hôpital sont très présentes et s’ajoutent au fait d’être isolé.

 

L’étude sur les rêves du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon est toujours en cours

Mais les rêves peuvent aussi apporter l’ouverture vers une évasion impossible lorsque l’on est éveillé en temps de confinement. Selon les premiers éléments de l’étude, les thématiques de relations sociales sont très présentes dans les rêves, représentées par des câlins, des embrassades. C’est aussi le cas pour les réunions, les fêtes, les vacances et les voyages qu’on ne peut pas faire aujourd’hui.

Vous pouvez participer à cette étude du Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon en cliquant ici.

 

Lucie Coquart

 

Retrouvez l’actualité du Classique