Cancel Culture : Le latin et le grec représentatifs d’une société raciste et esclavagiste ?

Après la musique, la politique, la peinture, le sport, la cancel culture s’attaque à la culture antique : « La culture woke à l’assaut d’Homère et de Platon » c’est le titre du dossier que propose ce matin le Figaro, après que l’université de Princeton dans le New Jersey a décidé que le grec et le latin ne seraient plus obligatoires en lettres classiques au motif que « la culture antique est une représentation d’une société esclavagiste et raciste ».

Jean-Robert Pitte : « Cela n’a aucun sens de plaquer des opinions et des jugements de valeurs actuels sur une situation qui date d’il y a 2 millénaires »

Cette théorie est promue dans le New York Times, nous raconte le Figaro, par un éminent professeur de lettres classiques de cette grande université américaine qui accuse son propre enseignement de perpétuer, je cite, « une culture blanche » et de rajouter sur la page internet de son département Diversité et Equité que la culture gréco-romaine -accrochez-vous bien-, « a instrumentalisé et été complice, sous diverses formes d’exclusion, y compris d’esclavage, de ségrégation, de suprématie blanche, de destinée manifeste et, allons-y tristement, de génocide culturel ». Rien que ça ! Une position qui fait bondir Jean-Robert Pitte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques et grand spécialiste de l’antiquité tardive, qui dit au Figaro que « Cela n’a aucun sens de plaquer des opinions et des jugements de valeurs actuels sur une situation qui date d’il y a 2 millénaires ».

 

A lire aussi

 

Pensée woke : « Une forme de totalitarisme de la pensée » pour l’helléniste Pascal Charvet.

Une nouvelle dérive woke qui, selon Patrice Brun, auteur de L’invention de la Grèce (éd. Odile Jacob) illustre le fait que les adeptes de ce courant de pensée, « sous leurs dehors égalitaristes, noyés de bons sentiments, sont tout sauf démocrates ». Selon lui « Ils ne proposent pas de débat, ils imposent une vision ». « Une forme de totalitarisme de la pensée » pour l’helléniste Pascal Charvet. Le règne de l’opinion sur le fait. Comme si travailler sur Aristote ou Esope risquait de transformer les élèves en fascistes. La question est désormais de savoir si la France est déjà touchée par cette revisite de l’histoire antique. Souvenons-nous de la polémique née en mars dernier du remplacement des chiffres romains par des chiffres arabes sur certains cartels du musée Carnavalet. Pour terminer sur ce sujet, je livre à votre réflexion cette phrase de Roland Barthes : « Le fascisme ce n’est pas d’empêcher de dire, c’est obliger à dire ».

Philippe Gault

 

 

Retrouvez l’actualité du Classique