Pour François-Xavier Bellamy, la PMA pose la question des limites de la condition humaine

Député européen Les Républicains, François-Xavier Bellamy était l’invité de Guillaume Durand ce lundi 23 septembre, à 8h15. Alors que la loi sur la bioéthique arrive demain à l’Assemblée nationale, il a expliqué pourquoi il était opposé à l’extension de la PMA aux couple de femmes et aux femmes seules toutes. Il s’est également exprimé sur les élections à la présidence de sa famille politique.

 

PMA : le changement de conception de la filiation est l’expression d’une « volonté de toute-puissance »

« Nous avons la responsabilité du monde que nous construisons. Dans ce débat de bioéthique, il est question de l’avenir de la condition humaine. La grande question qui nous est posée est de savoir si voulons accepter que la condition humaine nous impose des limites, qui sont parfois l’occasion d’une souffrance comme le fait de ne pas avoir d’enfant, la vieillesse, la mort ; ou est-ce que nous choisissons par la technique de vaincre cette expérience humaine ?  C’est en ces termes que l’ancien professeur de philosophie a posé les enjeux du débat sur l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. François- Xavier Bellamy s’est par ailleurs étonné d’un paradoxe selon lequel le souci écologique nous conduit à accepter les limites que nous impose notre environnement mais à les refuser sur le « terrain des corps ».  Il estime que ce changement de conception de la filiation est l’expression « d’une volonté de toute-puissance ». Il considère également qu’il y aurait une modification de notre vision de la technique médicale qui n’obéirait plus à une logique de réparation mais désormais à une logique de transformation des corps.

 

Présidence des Républicains : une étape de la reconstruction de la droite

« Je pense que l’élection à la tête des Républicains sera une étape de la reconstruction de la droite mais ce qui compte c’est de travailler sur le fond pour réactualiser notre projet que nous avons à proposer aux Français » a déclaré l’eurodéputé LR. Il a par ailleurs refusé de « prendre parti » dans le choix des 3 candidats Guillaume Larrivé, Julien Aubert et Christian Jacob. « Celui qui sera choisi sera à même de mener cette famille politique. » a-t-il déclaré. 

 

Arthur Barbaresi 

Plus d’articles de l’invité politique de Guillaume Durand