Crise économique au Liban : la descente aux enfers ?

Serge Melki/wikimedia commons

Vos journaux racontent ce matin une descente aux enfers, celle du Liban, plongé dans une crise économique sans précédent. Le journal Le Monde publie une photo saisissante : une autoroute au milieu d’un paysage semi-désertique, on aperçoit des immeubles au loin et au premier plan : un bouchon interminable de voitures qui attendent leur tour à la station-essence.

Libération s’intéresse au Liban, et à la solidarité en temps de crise dans un pays organisé par confessions

Le Liban est plombé par l’une des pires crises économiques depuis la moitié du XIXè siècle. La monnaie s’est dévaluée de 90% depuis 2019, le chômage explose et depuis deux mois, le Liban est frappé par plus sévère pénurie de carburant de son histoire : « je me suis levé à 5h30 dans l’espoir d’être parmi les premiers servis,  après une heure et demi de queue on nous a annoncé que les cuves étaient vides », raconte un habitant qui a loupé dans la foulée un entretien d’embauche.

 

A lire aussi

 

 

L’essence aujourd’hui est réquisitionnée pour les générateurs qui tournent 21h par jour dans les hôpitaux, à cause des coupures de courant. Le Liban en panne d’essence, c’est aussi à la Une du New York Times mais aussi dans Libération. Libé qui s’intéresse à la solidarité en temps de crise dans ce pays organisé par confessions. Certaines anecdotes en disent long sur la crise, comme à l’université publique libanaise qui imprime les tests de fin d’année avec une police plus petite que d’habitude sur deux colonnes au lieu d’une et en resserrant les espaces, histoire d’économiser le papier.

Marc Bourreau

 

 

Retrouvez l’actualité du Classique