« Sauvez Willy » : la remise en liberté de l’orque a été très compliquée

« Keiko » dont le nom signifie chance en japonais, est plus connu sous le nom de « Willy ». Sa difficile remise en liberté n’est pas sans rappeler le vote de la fin de la captivité des cétacés à des fins de spectacle en France.

La France devra relâcher quatre orques dans leur habitat naturel

Keiko est né en 1976, mais nul ne sait où car enfant, il était capable de parcourir des kilomètres dans les océans. L’hebdo Le 1, dans un numéro consacré à la faune sauvage, brosse le portrait de l’orque du film et succès planétaire « Sauvez Willy ». Capturé à 3 ans aux larges des côtes islandaises, puis expédié dans un centre d’attraction au Mexique dans des conditions délétères, le mammifère est repéré pour ses pirouettes par les studios de Warner Bros et devient une star en 1993.

A lire aussi

 

« Après 19 ans de captivité le cétacé de près de cinq tonnes a perdu tous ses instincts de chasseurs » raconte Le 1 et sa remise en liberté a été très compliquée. Le destin de Keiko, alias Willy, devrait résonner au Palais Bourbon puisqu’en début d’année, l’Assemblée nationale a voté l’interdiction de détenir des cétacés à des fins de spectacle. La France compte quatre orques qu’il sera difficile de relâcher dans leur habitat naturel.

Victoire Faure 

Retrouvez l’actualité du Classique