Doctolib devient la première start-up française

istock

Doctolib est devenue la plus importante des start-ups françaises. Le 15 mars, le groupe a annoncé avoir levé 500 millions d’euros, une somme conséquente, et être ainsi valorisé 5,7 milliards d’euros, c’est un record.

Doctolib vaut plus que M6 et Air France cumulés, en étant valorisé 5,7 milliards d’euros

Pour savoir qui est la meilleure entreprise au hit-parade des startups, on ne se base pas sur le chiffre d’affaires ou le nombre de clients mais davantage sur une notion clef, la valorisation. En effet, une fois par an en moyenne, pour financer sa croissance, une jeune pousse a besoin de lever de l’argent. Comme les entreprises sont trop jeunes pour être cotées en Bourse ou ne sont pas encore assez rentables pour s’endetter auprès d’une banque, ce sont des venture capitalists (VC), des fonds, qui leur apportent de l’argent. Ainsi au moment où ces investisseurs apportent des euros on regarde deux choses : combien ils apportent et combien ils obtiennent du capital de l’entreprise. C’est ça qui donne la valorisation. Celle de Doctolib montre que les investisseurs pensent qu’il vaut plus que M6 et Air France-KLM en cumulé.

A lire aussi

60 millions de personnes utilisent Doctolib

Ce niveau de valorisation s’explique car Doctolib est à la fois une entreprise incontournable et qui a de vraies perspectives de croissance rentable. Pour l’instant la plateforme médicale n’est présente qu’en France, un peu en Allemagne et en Italie mais est utilisée par 60 millions de personnes. C’est fou ! L’application est entrée dans notre quotidien à tous pendant le Covid et a séduit plus de 150 000 professionnels de santé qui paient entre 100 et 200 euros par mois. Certains médecins demeurent tout de même un peu réticents à utiliser Doctolib car ils craignent de devenir dépendant d’un service qui pourrait devenir plus cher un jour. La vérité est que cela coûte moins cher qu’une secrétaire tout en permettant de développer les revenus car les patients peuvent plus facilement trouver un rendez-vous ou oublient moins leurs obligations grâce aux rappels par SMS.

A lire aussi

 

Est-ce que cela signifie que Doctolib a encore un potentiel de croissance ? On aurait tendance à répondre par l’affirmative. Premièrement l’entreprise peut séduire plus de médecins en France. Aujourd’hui, elle n’est présente que dans un quart des cabinets. La start-up peut aussi se développer hors de France car elle a un vrai savoir-faire et a rentabilisé le développement de beaucoup d’outils numériques. Enfin elle est capable de proposer de nouveaux services. Initialement dédiée à la gestion des rendez-vous, elle opère désormais sur la téléconsultation et demain peut-être sur la préparation d’ordonnances. Doctolib cherche donc à assister les professionnels dans des tâches du quotidien ainsi les 500 millions levés vont leur permettre à la fois de développer de nouveaux services et d’embaucher des commerciaux qui auront pour mission de convaincre les médecins, les infirmières et les hôpitaux de faire appel à eux.

 

David Barroux

Retrouvez l’édito économique