Enchères : Le Stradivarius entendu dans « Le Magicien d’Oz » pourrait dépasser le prix record pour une vente de violon

Crédit: Tarisio.com

Selon la maison de vente spécialisée Tarisio, qui le proposera aux enchères le 6 juin à New York, le Stradivarius « Da Vinci » pourrait atteindre la somme de 20 millions de dollars (19 millions d’euros). Un montant qui constituerait un nouveau record pour une vente d’un violon en raison notamment de l’étonnante histoire de cet instrument unique, construit lors de la période dorée du luthier de Crémone.

C’est le Stradivarius « Da Vinci » qu’on entend dans le film Le Magicien d’Oz

Qui n’a pas en tête la mélodie plaintive de la chanson Over the rainbow que chantait Judy Garland en 1939 dans le film de Victor Fleming Le Magicien d’Oz ? Une bande originale à laquelle le Stradivarius « Da Vinci », que la maison de vente Tarisio mettra en vente le 6 juin à New York, participa. C’est l’un des éléments historiques qui font de ce violon une pièce unique estimée entre 16 et  20 millions de dollars, un montant qui en ferait le violon le plus cher de tous les temps vendu aux enchères devant un autre Stradivarius, le « Lady Blunt », acquis 15,9 millions de dollars en 2011 au profit de deux associations venant en aide aux victimes des catastrophes survenues au Japon cette année-là. 

A lire aussi

 

Cette anecdote cinématographique n’est pas le seul élément qui confère à ce violon une telle valeur. Il s’agit surtout d’une pièce exceptionnelle, dans un excellent état de conservation, avec son montage d’origine, qui a été fabriquée en 1714, soit pendant la période au cours de laquelle, entre 1713 et 1716, le célèbre luthier Antonio Stradivari créa dans son atelier de Crémone ses violons considérés comme les plus performants parmi les centaines qu’il produisit.

Le violoniste Tosha Seidel acheta le « Da Vinci » 25 000 dollars en 1924

Après avoir fait partie, au XIXe siècle de plusieurs collections, dont celle du botaniste français Arthur Foucques d’Émonville, le « Da Vinci » a été racheté à New York en 1924, lors d’une vente aux enchères, par le violoniste Toscha Seidel pour la somme de 25 000 dollars. Le virtuose russo-américain, né à Odessa, directeur musical de la radio CBS, connu pour avoir donné des cours à Albert Einstein et pour avoir joué sur les bandes originales de grandes productions hollywoodiennes, conserva son Stradivarius pendant près de 40 ans jusqu’à sa mort en 1962.

A lire aussi

 

Après avoir appartenu à une violoniste canadienne puis vendu aux enchères par Sotheby’s en 1974, le « Da Vinci » a été acheté en 2007 par un homme d’affaires japonais, grand collectionneur d’instruments anciens, qui le confia l’année suivante au Musée Fabre de Montpellier lors d’une exposition consacrée à Antonio Stradivari. Depuis le mois d’avril et jusqu’à la vente en juin à New York, le célèbre Stradivarius, telle une star de la musique, effectue une tournée mondiale qui le mène de Londres à Hong Kong en passant par Berlin, Pékin et Shanghai.

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique