Anthony Hopkins : « Je suis capable de vous glacer le sang »

Elena Torre/wikimedia commons

Anthony Hopkins, l’interprète du film Le Silence des agneaux et des Vestiges du jour, oscarisé fin avril pour The Father, fait la promotion du film de Florian Zeller, lui-même prix du meilleur scénario. Il fascine la Croix, le Monde, le Figaro.

Anthony Hopkins : « si je fixe un chien, il finira par m’attaquer, car il se sentira en danger »

Dans le Monde, on demande à Anthony Hopkins comment il est entré dans la tête d’un vieillard victime de démence sénile, c’est le sujet du film. Voilà la réponse d’Anthony Hopkins : « Je me suis totalement identifié à mon père. Bien sûr, je ne souffre pas de démence… Sur le tournage, j’ai beaucoup pensé à lui, à ses sautes d’humeur, à sa peur de mourir. Je vais bien, disait-il, laissez-moi tranquille ! La seule liberté que j’ai prise, par rapport au scénario, a été de préciser le jour exact de ma naissance, quand le docteur me la demande : vendredi 31 décembre 1937. Il s’agissait de prouver que j’allais parfaitement bien ! ».

 

A lire aussi

 

Un peu plus loin, le Monde demande à Anthony Hopkins comment son personnage de vieillard sénile peut faire aussi peur quand il entre en fureur, réponse de l’interprète d’Hannibal le cannibale : « Je suis capable de vous glacer le sang, c’est vrai ». [Il regarde l’écran, sans rien dire, ni ciller] « C’est instinctif, presque animal. Je ne suis ni psychologue ni zoologue, mais je comprends le pouvoir de l’immobilité et de la menace : si je fixe un chien, il finira par m’attaquer, car il se sentira en danger. Enfant, je n’étais pas très bon en classe. J’étais harcelé par mes profs et mes camarades : alors, je les fixais, en silence. Et ils arrêtaient. »

David Abiker

 

 

Retrouvez l’actualité du Classique