La Revue de Presse du jour – 12/05/2017

La revue de presse… Attention, « une matière inflammable » dans les journaux ce matin !

Cette matière inflammable, ce sont les MacronLeaks…
Les documents piratés ont été dévoilés dans les dernières heures de la campagne pour nuire au candidat… Des documents mélangés avec des faux d’ailleurs.
Question : faut-il utiliser ces MacronLeaks pour en faire des articles, après analyse rigoureuse bien sûr ?
Libération répond oui à cette question, répondre non exposerait à l’accusation de partialité selon le journal qui en a longuement discuté en interne…
Quelles infos tire Libé des MacronLeaks (je le rappelle le piratage de milliers de mails, 15 gigaoctets) ? Que le mouvement En marche ! avait mis en place un plan élaboré, incroyablement efficace, et légal, pour obtenir des dons, notamment du côté des réseaux bancaires ou des patrons de start-up… Les petits donateurs sont arrivés en fin de campagne…
Mais l’intéressant est ce qui ne figure pas dans les MacronLeaks, selon Le Monde… Aucun mot plus haut que d’autres, peu de véritables discussions stratégiques… Les arbitrages majeurs de la campagne se sont sans doute faits ailleurs, dans d’autres chaînes de mails qui n’ont pas été piratés, ou par messagerie instantanées…

En sait-on plus sur les auteurs du piratage ?

L’ombre des néonazis américains est pointée par Le Monde. C’est de ce côté-là que la diffusion des documents a été organisée, avec une minutie étonnante.
La piste russe ne doit pas être éliminée, car la diffusion n’a pas nécessairement été faite par les personnes ayant piraté les documents.
L’ombre russe sur les attaques contre Macron, est mise en avant par Le Figaro. Les adresses des pirates informatiques désignent (selon ce journal) les réseaux russophiles, relayés par l’extrême droite américaine proche de Trump et l’extrême droite française pro Poutine.
Dans les milieux de la défense, le caractère très organisé du piratage ne fait aucun doute. L’enquête devra permettre de déterminer si la Russie est directement impliquée (avec ses services de renseignement) ou si des groupes de hackers ont été utilisés pour se camoufler…

Ce qui fait la Une ce matin, c’est la liste (partielle) des candidats d’En Marche ! aux législatives…

Demandez le casting ! Les nouveaux visages s’affichent à la Une des quotidiens régionaux…
En marche… à pas comptés, soulignent Les DNA…
Un accouchement bien difficile, note Le Parisien.
Le renouvellement est au rendez-vous, incontestable, inédit, frais, bienvenu (même s’il y a des réserves sur « ces candidats aux dents de lait », La Dépêche du Midi), mais la presse attend la suite…
Et la recomposition ? demande Paul-Henri du Limbert dans Le Figaro qui ne voit aucun représentant de la droite.
La droite « résiste » titre Le Figaro dans lequel Xavier Bertrand explique avoir dit non au ralliement. Pour les autres, résume La Voix du Nord, le nom du premier ministre donnera ou pas le top départ des ralliements…
Un nom qui pourrait être communiqué dès dimanche après-midi, selon L’Opinion.

Quels mots d’amour le président élu va-t-il utiliser pour attirer lui des élus LR ?

Ah l’amour !
La Croix revient d’un mot sur la conclusion de l’allocution dimanche soir au Louvre : Je vous servirai avec amour. « Etonnant ».
Le philosophe Roger-Pol Droit est intrigué aussi dans Les Echos: formule surprenante, presque étrange. Emmanuel Macron suggére-t-il que la politique est aussi affaire de sentiment, d’émotion, de désir, pas uniquement de calcul ? Certains se demanderont ce que vient faire l’amour dans pareille situation, jugeant qu’on attend surtout d’un chef d’Etat une vision, de l’autorité, des décisions, de l’habileté, de l’endurance… mais pas de l’amour.
L’amour était réservé aux monarques… Mais Amour (dit aussi Empédocle) tend aussi vers l’unité : c’est le nom du rassemblement, de tout ce qui rapproche, relie, agrège… Cette force attire l’un vers l’autre des êtres éloignés…

Une nouvelle polémique sur l’attribution du RSA, le revenu de solidarité active…

Le maire de Pont Sainte Maxence dans l’Oise a décidé de frapper au porte-monnaie ceux qui s’alcoolisent sur la voie publique. Un bénéficiaire a vu son RSA suspendu pour 3 mois…
Polémique : le Secours populaire estime que ce n’est pas au maire de dire comment cette personne doit agir ou gérer son argent !
La personne en question, précise Le Parisien, avait été l’objet d’un accompagnement social avec cure de désintoxication…
« Toucher l’aide de l’Etat pour la picoler, c’est intolérable », justifie le maire qui officiellement met en avant non l’alcoolisation mais le non-respect des obligations en matière d’insertion.

Enfin, un dernier détour par l’Elysée…

Une maison où sont passés des locataires indélicats, si l’on suit le rapport de la Cour des comptes cité par Le Figaro Economie… La Cour relève que le Mobilier national a toujours du mal à pister les meubles et objets mis à la disposition de la présidence. Pas moins de 400 d’entre eux sont considérés comme « non vus » (disparus, quoi !)
Seulement 14 ont été retrouvés depuis le dernier contrôle. A noter, 362 objets et meubles ont été perdus de vue « de longue date », entre 1950 et 2007.
Attention toutefois dimanche au prochain changement de locataire (locataires au pluriel, même si tous les collaborateurs de l’actuel président sont déjà partis, les mains vides espérons-le)…

Michel Grossiord