Présidentielle : Pécresse, Jadot, Hidalgo, où en sont les finances des grands perdants de la campagne ?

istock

Une campagne électorale ça coûte cher, surtout quand l’on misait sur le seuil des 5% pour la rembourser. Où en sont financièrement les principaux perdants du premier tour de l’élection présidentielle ?

Pécresse et Jadot sont endettés contrairement à Hidalgo

« Pas de 5 %, pas de remboursement » titre le Parisien-Aujourd’hui en France. En effet Valérie Pécresse est endettée personnellement de 5 millions d’euros. La candidate des Républicains a lancé hier un appel au don que Libération n’a pas manqué de rebaptiser le « Pécressethon ». Comme Valérie Pécresse, Yannick Jadot a eu les yeux plus gros que le ventre. Il comptait en effet sur un meilleur score pour se faire rembourser. Finalement, il cherche 2 millions d’euros et cela a d’ailleurs occupé l’essentiel de son discours de dimanche.

A lire aussi

 

Avec ses 1,74 % des voix, Anne Hidalgo est paradoxalement celle qui s’en sort le mieux. Elle a fait une campagne bon marché, presque autofinancée par le Parti Socialiste. En lisant Le Parisien, vous vous apercevrez que les Républicains se sont désendettés et que le Parti n’est pas menacé financièrement. Vous noterez aussi que le PS a très bien géré sa déconfiture politique des dernières années. Le parti de gauche est assis sur un magot de 66 millions d’euros qui provient de la vente de son siège de la rue de Solférino en 2018. A l’époque, ils s’étaient séparés de leur résidence historique pour la modique somme de 45 millions d’euros.

David Abiker

Retrouvez la Revue de presse