Entreprises :  Des contrôles seront mis en place dès la semaine prochaine sur le télétravail

istock

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, veut de nouveau 5 000 contrôles mensuels dans les entreprises pour vérifier si l’extension du télétravail « à deux à trois jours » par semaine est bien mis en œuvre. 

Avec l’arrivée de la 5ème vague, certains employeurs avaient anticipé les recommandations du gouvernement

Il s’agit pour l’instant d’une incitation comme l’a annoncé lundi 6 décembre, le Premier ministre Jean Castex. Un nouveau protocole national en entreprise devrait être publié dans la journée pour préciser et entériner cette recommandation. Il faut en tout cas repasser à la vitesse supérieure a précisé hier Elisabeth Borne, rappelant la « responsabilité de l’employeur » à l’égard de la santé de ses salariés. Si les entreprises ne jouent pas le jeu, le gouvernement envisagerait de prendre des mesures plus fortes en imposant le télétravail. Alors les entreprises sont-elles volontaires ? Plus de 2.700 accords de télétravail ont été signés cette année dans les entreprises, fixant dans la plupart des cas, deux jours par semaine de travail à distance. Avec l’arrivée de la 5ème vague, certains employeurs avaient anticipé les recommandations du gouvernement. C’est le cas d’Axa selon Amélie Watelet, directrice des ressources humaines de l’assureur : « nous avons mis en place l’extension de notre dispositif de télétravail à un 3ème jour de travail à distance et ce, depuis le 30 novembre. C’est en fonction du souhait de chacun. On a aujourd’hui 83% de nos collaborateurs qui ont un accord de télétravail à 2 jours. Cela permet plus de flexibilité dans cette période ». 

A lire aussi

 

Mais le télétravail n’est pas toujours adapté et tout dépend de la taille des locaux ou de l’activité. Il faut garder de la souplesse réagit Jean-Eudes du Mesnil, secrétaire général de la CPME ( Confédération des Petites et Moyennes Entreprises) : « ce qu’on perçoit de manière beaucoup plus large c’est un retour de la visioconférence en force. Les entreprises ont conscience de la responsabilité qui est la leur. Ça n’est cependant pas au gouvernement de décider du mode de fonctionnement des entreprises ». Le ministère du Travail compte relancer un sondage, dès cette semaine, auprès des salariés pour voir si le télétravail est effectif dans leur entreprise. Il va aussi réunir la semaine prochaine les partenaires sociaux. En fonction, le gouvernement décidera d’imposer ou non le travail à distance. Un retour au télétravail intégral semble en revanche écarté. Autre grand changement de la nouvelle version du protocole : les « moments de convivialité » seront « suspendus »  à compter de la publication. Selon les derniers chiffres du ministère du Travail : en octobre, à peine 21% des salariés étaient au moins un jour en télétravail dans le mois.

Emilie Valès

Ecoutez le reportage d’Emilie Valès :

Retrouvez les Infos du jour